L’af­fiche de l’ADEIF (1953)

Commentaire (0) Procès de Bordeaux

 

En février 1953, à l’énoncé du verdict du procès d’Ora­dour-sur-Glane, l’As­so­cia­tion des Évadés et Incor­po­rés de Force (ADEIF) imprime et diffuse partout en Alsace une affiche de protes­ta­tion.

Docu­ment trans­mis par M. André Hugel.

C’est en janvier 1953 que s’ouvre, à Bordeaux, le procès du massacre d’Ora­dour-sur-Glane qui a eu lieu le 10 juin 1944. C’est un procès hyper média­tisé qui se déroule dans une atmo­sphère tendue. Sur le banc des accu­sés se trouvent sept Alle­mands (sur 52 Alle­mands incul­pés) et 14 Alsa­ciens. De ces derniers, 13 ont été incor­po­rés de force dans la Divi­sion „Das Reich“.

Les Alsa­ciens étant majo­ri­taires, il est devenu clair aux yeux de l’opi­nion publique que ce sont eux les prin­ci­paux assas­sins d’Ora­dour-sur-Glane. Malgré de nombreux dysfonc­tion­ne­ments et de carences dans le dossier d’ins­truc­tion, le procès s’achève: les incor­po­rés de force alsa­ciens sont tous condam­nés à des peines de prison ou aux travaux forcés; le volon­taire est, quant à lui, condamné à mort. A l’énoncé du verdict, l’Al­sace quasi unanime mani­feste et proteste contre ce procès qu’elle juge inique. Une des images à jamais liée à cette vague d’in­di­gna­tion est l’af­fiche réali­sée par l’As­so­cia­tion des Déser­teurs, Evadés et Incor­po­rés de Force (ADEIF).

Le juge­ment est fina­le­ment cassé. Les 13 Malgré-Nous sont rapi­de­ment relâ­chés (21 février 1953); le volon­taire le sera quelques années plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *