BLUM Paul

Commentaire (0) Portraits de Malgré-Nous

 

jpg_0477.jpgSecré­taire de mairie (* Gunder­shof­fen, Bas-Rhin, 6.11.1909). Marié à Jeanne Schu­ler; 3 enfants, André, Monique et Anne-Marie.

Il sert l’Ar­mée française en Algé­rie du 31.10.1930 au 14.10.1931 chez les tireurs d’élite, en tant que capo­ral-chef.

Il habite Hague­nau lorsqu’il est incor­poré de force le 20 septembre 1944. Il est engagé à Heil­bronn (Alle­magne), puis au Dane­mark et en Haute-Silé­sie.

Il décède à Pommers­witz (Pologne du Sud) vers mai 1945 (témoi­gnages de M. Auguste Blind, incor­poré de force avec Paul Blum, et de Madame Gertrud Hurtig, 1950, qui se souvient du nom de Paul Blum inscrit dans son casque, de lettres qu’elle y a trouvé et de son enter­re­ment dans leur jardin à Pommers­witz). « Mort pour la France ».

Rensei­gne­ments commu­niqués par Charles Blum, frère de Paul Blum, notam­ment d’après des docu­ments four­nis par Georges Schwartz, époux d’Anne-Marie Blum, la fille de Paul Blum.

Charles Blum nous a fait part de son propre parcours pendant cette période : « Appelé en novembre 1939, je suis resté dans l’ar­mée française jusqu’en novembre 1945. J’ai été déta­ché après août 1940, pendant trois ans, dans les cadres des Chan­tiers de Jeunesse, d’abord à Messeix, dans le Puy-de-Dôme, puis en Algé­rie à partir d’avril 1941, après que des membres d’une commis­sion du gouver­ne­ment de Vichy m’aient conseillé, en tant qu’Al­sa­cien, soit de retour­ner en Alsace (!!), soit – curieu­se­ment – de partir en Afrique du Nord, ce que je fis évidem­ment. Le commis­saire géné­ral des Chan­tiers en Algé­rie était le colo­nel Van Hecke qui, après la disso­lu­tion des Chan­tiers en 1943, rejoi­gnit lui-aussi l’ar­mée et parti­cipa en tant que géné­ral, à la bataille d’Ita­lie en 1944–1945. J’ai eu plus de chance que mon frère ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *