Commé­mo­ra­tions du 25.8.2017. Commu­niqué de Volker Beck, membre de l’Al­liance 90 / Les Verts

Commentaire (0) Actualité, Communiqués de presse

 

Volker Beck,  Spre­cher für Migra­tions- und Reli­gions­po­li­tik der Frak­tion Bünd­nis 90/Die Grünen im Deut­schen Bundes­tag, Vorsit­zen­der der deutsch-israe­li­schen Parla­men­ta­rier­gruppe et Mitglied des Inne­naus­schusses des Deut­schen Bundes­tages a rédigé en français et diffusé le commu­niqué suivant :

 

« L’in­cor­po­ra­tion de force de jeunes Fran­cais dans les rangs de la Wehr­macht et de la Waffen-SS était un crime contre l’hu­ma­nité dont la respon­sa­bi­lité incombe à l’Al­le­magne. En commé­mo­ra­tion de ce crime, le gouver­ne­ment fédé­ral devrait deman­der pardon à l’oc­ca­sion de ce jubi­lée. Ce serait un geste symbo­lique et tardif, mais tout de même impor­tant pour les victimes. Il est temps de saisir cette occa­sion car vien­dra le jour où elle cessera de se présen­ter. Si justice ne peut se faire devant les tribu­naux, le devoir de recon­naître la respon­sa­bi­lité alle­mande n’en devient que plus pres­sant. »

 

NB : C’est la première fois que l’in­cor­po­ra­tion de force de citoyens français dans les armées de l’Al­le­magne nazie est évoquée au Bundes­tag comme « crime contre l’hu­ma­nité ». On ne saurait voir dans cette prise de posi­tion de la publi­cité élec­to­rale, attendu que les Français ne sont pas des élec­teurs en Alle­magne, mais un tour­nant dans la percep­tion et l’ana­lyse de ce que fut vrai­ment l’in­cor­po­ra­tion de force : une « dépor­ta­tion mili­taire ».

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *