DORIATH Eugène

Commentaire (0) Les incorporés de force face à leur destin

 

Eugène DoriathEugène Doriath est un de ces Alsa­ciens qui, après avoir combattu dans l’Ar­mée française, est incor­poré dans la « Waffen-SS ». Il est tué sur le front de l’Est en voulant sauver un cama­rade.

Eugène Doriath est né le 8 mars 1909 à Drusen­heim (Bas-Rhin). Après avoir combattu dans l’Ar­mée française en 1939, il est incor­poré de force en 1944 et « obligé de signer l’en­ga­ge­ment, sous la menace de mort par les armes, dans le camp des SS. Après avoir été tatoué SS à l’en­ga­ge­ment, les Malgré-Nous qui étaient fait prison­niers par les Sovié­tiques n’avaient pas beau­coup de chance de survie. Avec l’avance de l’Ar­mée russe et la retraite alle­mande en Pologne, il est tué en voulant sauver son ami alsa­cien blessé à mort ». Eugène Doriath est mort le 12 mars 1945 et inhumé à Beis­kow/March (Bees­kew/Mark). En 1952, son corps est rapa­trié et enterré à Montau­ville (Meurthe-et-Moselle).

Témoi­gnage d’Aloyse et Yvonne Doriath recueilli par Joseph Lantz.

Claude Herold nous a aima­ble­ment commu­niquée la fiche du Volks­bund selon laquelle Eugène Doriath repo­se­rait toujours à Bees­kow :

 Nach­name: Doriath

 Vorname: Eugen

 Dienst­grad: Funker

 Geburts­da­tum: 08.03.1909

 Geburt­sort: Drusen­heim

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum: 12.03.1945

 Todes-/Vermiss­te­nort: Bees­kow/Mark

Eugen Doriath ruht auf der Krieg­sgrä­berstätte in Bees­kow (Bundes­re­pu­blik Deut­schland). Endgra­blage: Reihe 1 Grab 16

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *