GASPARATO Romano, Joseph, Otto, Marcel et Oreste

Commentaire (0) Portraits de Malgré-Nous

 

jpg_Gasparato_Malgre_-nous.jpgGASPARATO Romano, crépis­seur (* Stras­bourg, Bas-Rhin, 9.10.1924). Il effec­tue son RAD à Bamlach (Bade) à partir du 6.10.1943. Il habite Stras­bourg au moment de son incor­po­ra­tion de force, le 22.02.1944, dans le 56e Divi­sion d’in­fan­te­rie à Plaven. Il est ensuite incor­poré dans la Wehr­macht à Leip­zig et à Weisen­fels. Il est engagé en Litua­nie. Le 22.07.1944, il est hospi­ta­lisé à Modlin (Pologne) et rapa­trié en Alle­magne à l’hô­pi­tal de Fran­ken­berg. Le 1.11.1944, il est de retour sur le front russe. Il est capturé le 22.01.1945 près de Poznan par l’Ar­mée Rouge. Il est captif à Lodz et à Pulawy (Pologne de l’Est). Il est rapa­trié par le train sani­taire (206) arrivé à Stras­bourg le 26.09.1945.

Il sert dans l’Ar­mée française 18.09.1950 au 23.09.1950 dans le 152e RI et du 28.08.1951 au 8.09.1951 dans le 1er RI avec le grade de capo­ral.

Avec Otto, Marcel et Joseph, ils étaient 4 frères incor­po­rés de force. Romano est parti en premier et est rentré en dernier.

GASPARATO Joseph, tapis­sier-déco­ra­teur (* Stras­bourg 18.8.1917 + Stras­bourg 25.4.2002). Enrôlé de force comme Luft­waf­fen­hel­fer à Bas Berka (Alle­magne). Il s’évade le 2.4.1945 à Weimar-Jena. Il est fait prison­nier par les Améri­cains le 12.4.1945 à Bad Kreuz­nach. Trans­féré à Chalons-sur-Saône, il est rapa­trié à Stras­bourg le 6.6.1945.

jpg_Gasparato_Otto_1.jpgGASPARATO Otto, crépis­seur (* Stras­bourg 22.11.1915). Il sert en 1939 dans l’In­fan­te­rie colo­niale à Mont-de-Marsan. En octobre 1943, il est enrôlé de force dans la Wehr­macht (génie de l’in­fan­te­rie). Engagé en Pologne, il est tué à Rabka (district de Craco­vie) le 23.8.1944. Photo ci-contre.

* Fiche du Volks­bund (commu­niquée par Claude Herold) :

 Nach­name: Gaspa­rato

 Vorname: Otto

 Dienst­grad: Gefrei­ter

 Geburts­da­tum: 22.11.1915

 Geburt­sort: Straß­burg

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum: 23.08.1944

 Todes-/Vermiss­te­nort: Stami­zig-Iser Felaz. m. 776

 Otto Gaspa­rato wurde noch nicht auf einen vom Volks­bund errich­te­ten Solda­ten­fried­hof überführt oder konnte im Rahmen unse­rer Umbet­tungs­ar­bei­ten nicht gebor­gen werden. Nach den uns vorlie­gen­den Infor­ma­tio­nen befin­det sich sein Grab derzeit noch an folgen­dem Ort: Rabka Zdroj – Polen

GASPARATO Marcel, carre­leur (* Stras­bourg 17.4.1913 + Stras­bourg 5.4.1983). Incor­poré de force dans la Wehr­macht (artille­rie) à Magde­bourg le 23.5.1944. Engagé en Pologne, il s’évade le 25.1.1945. Les Sovié­tiques l’in­ternent à Kali­nin (Russie). Parti sous l’uni­forme alle­mand, il revient à Stras­bourg sous l’uni­forme russe.

GASPARATO Oreste (* Stras­bourg 23.1.1922 + Stras­bourg 12.5.1993). Interné au camp de Schir­meck en octobre ou novembre 1943, il y resta jusqu’à l’éva­cua­tion des prison­niers en novembre 1944, face à l’avan­cée des troupes alliées. Il est trans­féré dans diffé­rents camps de concen­tra­tion situés sur le terri­toire alle­mand, le dernier étant celui de Neuen­gamme, près de Hambourg. De là, il a été embarqué, avec les autres déte­nus, sur un vieux chalu­tier qui devait être coulé en mer du Nord. Heureu­se­ment, le chalu­tier fut pris en charge par la Croix-Rouge suédoise qui le remorqua jusqu’à Malmö (sud de la Suède). Malade et affai­bli, il resta plusieurs semaines à l’hô­pi­tal de Malmö. Rapa­trié sur Paris par avion, puis sur Stras­bourg en train en 1945.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *