HEILI Louis Aloyse et Paul

Commentaire (0) Portraits de Malgré-Nous

 

jpg_HeiliLouis_portrait.jpgCuisi­ner (* Wasse­lonne, Bas-Rhin, 21.05.1916). Marié à Marie Witt­mann, rema­riée Debus; un fils, Jean-Louis. Il effec­tue son service mili­taire au 67e RI de Sois­sons. Il effec­tue ensuite le RAD du 20.05.1943 au 12.08.1944. Il est incor­poré dans la Wehr­macht, dans la 1. Stamm-Bttr/lei. Artl. Ers. Abt. 9 – 2. Bttr/Artl. Rgt. 139 à Franc­fort/Main. Soldat de 1ère classe, il est porté disparu, d’après les recherches de la Croix Rouge, le 12.08.1944 dans le secteur de Kischi­nev (Bessa­ra­bie).

Louis Heili figure sous le n°1954 du Recueil photo­gra­phique des dispa­rus du Bas-Rhin (1948).

Rensei­gne­ments commu­niqués par Jean-Louis Heili, fils de Louis Aloyse Heili.

* Claude Herold nous a aima­ble­ment trans­mis la fiche du Volks­bund :

 Nach­name: Heili

 Vorname: Ludwig

 Dienst­grad:

 Geburts­da­tum: 21.05.1916

 Geburt­sort: Wasseln­heim

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum: 12.08.1944

 Todes-/Vermiss­te­nort:

Nach den uns vorlie­gen­den Infor­ma­tio­nen ist die o. g. Person seit 12.08.1944 vermißt.

Son frère Paul Heili (* Wasse­lonne, Bas-Rhin, 3.7.1922) était scola­risé au lycée St-Joseph d’Epi­nal (Vosges) en 1939. A la decla­ra­tion de guerre, le lycée a renvoyé les élèves chez eux. Paul Heili fait le trajet Epinal-Wasse­lonne à pied, puis à Vélo à partir de Bertri­champs. Il effec­tue le RAD du 8.10 au 30.12.1942. Incor­poré de force dans la Wehr­macht le 13.1943, il est engagé dans les marais du Pripet, près de Minsk, puis en France. Il est fait prison­nier par les Améri­cains le 3.8.1944 en Norman­die. Il est remis aux Anglais le 27.8.1944, puis aux auto­ri­tés françaises le 4.10.1944 où il a droit à un petit discours de la Croix-Rouge : « Vous, les Alsa­ciens, vous êtes des merce­naires non couverts par la Conven­tion de Genève » (!!). Il s’en­gage volon­tai­re­ment dans l’ar­mée française (jusqu’à ce qu’il soit reconnu article 115), puis il a travaillé au Minis­tère des Armées à Nancy jusqu’a sa mort en 1980.

Rensei­gne­ments trans­mis par la fille de Paul Heili.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *