Malgré nous !

Commentaire (0) À lire…

 

malgre_nous_.jpg Non ! Ils n’étaient pas volon­taires pour servir l’Al­le­magne natio­nale-socia­liste, ces jeunes femmes et ces jeunes hommes d’Al­sace et de Moselle incor­po­rés de force au Reich­sar­beits­dienst, au Krieg­shilf­sdienst, dans la Wehr­macht et la Waffen-SS. Et, malgré les menaces de dépor­ta­tion qui pesaient sur les familles en cas d’in­sou­mis­sion, nombreux sont ceux qui ont pu fuir leur région annexée ou qui, après avoir été enrô­lés, ont réussi à déser­ter au péril de leur vie.

Ceux et celles qui ont survécu aux combats et aux bombar­de­ments portent en eux des séquelles psycho­lo­giques, mais ils s’es­timent heureux d’avoir pu rejoindre leurs foyers. Plusieurs milliers de Malgré-Nous sont morts sur les champs de bataille, mais aussi par exécu­tion avec ou sans juge­ment (par les Alle­mands ou par les armées alliées), par suicide ou à cause de condi­tions de capti­vité innom­mables. D’autres sont toujours portés dispa­rus, empê­chant tout travail de deuil : la dispa­ri­tion de ces non-rentrés a, pour les plus âgés, laissé des veuves et des orphe­lins sans ressources dans une France enfin libé­rée.

Les racines de l’an­nexion de 1940 remontent en fait à la défaite française de 1871 et à la première annexion – légale – de l’Al­sace et de la Moselle à l’Al­le­magne. Cette défaite va voir se déve­lop­per une poli­tique de revanche, la néces­sité de fran­chir à nouveau « la ligne bleue des Vosges » pour libé­rer les provinces perdues. Il faudra quatre ans de guerre sanglante pour que l’Al­sace et la Moselle rede­viennent françaises en 1918. Le traité de Versailles (1919) imposé à l’Al­le­magne vain­cue permet­tra à son tour le déve­lop­pe­ment d’une poli­tique de revanche dont Adolf Hitler va se faire le cham­pion. La poli­tique de conquête de l’Al­le­magne nazie va faire en sorte que la France et l’An­gle­terre lui déclarent la guerre en 1939. En à peine un an, la France est vain­cue et perd une nouvelle fois – mais sans aucune signa­ture d’un quel­conque traité à ce propos – l’Al­sace et la Moselle ; les nazis ont tôt fait de réta­blir les fron­tières telles qu’elles étaient en 1871. Ce chapitre intro­duc­tif est suivi d’une chro­no­lo­gie des événe­ments. L’in­cor­po­ra­tion de force et l’An­nexion sont ensuite trai­tées de façon origi­nale et réfé­ren­cée sous forme de glos­saire illus­tré.

Ce livre, très docu­menté, présente une mise au point histo­rique sur la ques­tion de l’in­cor­po­ra­tion de force, un crime de guerre consé­cu­tif à la défaite française de 1940 et à l’an­nexion de fait de l’Al­sace-Moselle au IIIe Reich. Il propose aussi plus de cinquante témoi­gnages inédits et variés illus­trant cette tragé­die franco-alle­mande toujours mécon­nue.

Claude Claus

Nico­las Mengus, André Hugel, Malgré nous ! Les Alsa­ciens et les Mosel­lans dans l’en­fer de l’in­cor­po­ra­tion de force, La Tour Blanche – Les Presses du Belvé­dère, 2010, 413 pages, 34,50€.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *