Marcel WEIGEL

Commentaire (1) Portraits de Malgré-Nous

 

 Marcel Weigel (* Issen­heim, Haut-Rhin, 23.07.1920 + 02.08.2002). Marié en 1939 à Marie-Made­leine Rich­ter ; 2 enfants : Margotte et Raymond, nés respec­ti­ve­ment en 1939 et 1950. Serru­rier aux Mines de Potasse d’En­si­sheim où il était domi­ci­lié, puis muté d’of­fice en tant que Bauschlos­ser (serru­rier) à la Luft­schiff­bau­ge­sell­schaft ZEPPELIN à Mulhouse du 15.07.1942 au 07.10.1942. A cette date il a été envoyé au RAD en Autriche (a priori à Osna­brück – Inns­bruck) jusqu’au 15.01.1943, date de l’in­cor­po­ra­tion de force dans la Wehr­macht à Coburg en Bavière. Puis il a été en Tche­co­slo­vaquie avant de se retrou­ver au début de 1944 à la fron­tière russo-polo­naise où il a été blessé et rapa­trié à l’ar­rière dans un hôpi­tal de campagne (Laza­rett). De retour sur le front, il a été signalé comme décédé suite à un accro­chage de sa compa­gnie avec des chars russes, opéra­tion où plusieurs cama­rades ont perdu la vie. En fait, il avait profité de l’oc­ca­sion, avec 3 autres compa­gnons dont 2 Alsa­ciens et un Alle­mand anti-nazi de Frei­burg im Breis­gau, pour s’éva­der vers Dant­zig. Ils ont été évacués le 10.05.1945 vers Lille où ils ont été libé­rés le 21.06.1945 par les Anglais.

 

 Livret de travail (1942).

 RAD à Inns­brück – fin 1942 début 1943 : juste avant l’in­cor­po­ra­tion dans la Wehr­macht. 

 

 

Photos ci-dessus. Pres­ta­tion de serment et période des classes. La dernière photo : avec à gauche les 2 cousins Nuss­baum du Sund­gau, mon père 3ème posi­tion depuis la gauche, à droite un cama­rade mosel­lan.

Ces deux photos ont été prises à la fron­tière russo-polo­naise en 1944.

 Ticket pour du tabac donné par les Anglais à Lille.

 Au Centre de libé­ra­tion de Colmar.

 

One Response to Marcel WEIGEL

  1. Merci pour cet hommage à mon père.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *