Non à l’aban­don, oui à la trans­mis­sion

Commentaire (0) Actualité

 

L’an­nonce récente, dans la presse, de la disso­lu­tion du Comité de défense des anciens de Tambov a donné lieu à de fausses inter­pré­ta­tions, comme l’ont constaté les respon­sables de l’Ami­cale.

LANG_Robert.jpg Nombreux ont été ceux à avoir compris que toutes les asso­cia­tions d’an­ciens de Tambov avaient cessé d’exis­ter. « La réalité est que l’Ami­cale inter­dé­par­te­men­tale des Anciens de Tambov que j’ai l’hon­neur de prési­der, souligne Robert Lang, de Seltz (photo), pour­suit ses acti­vi­tés en faveur de ses membres. Elle vient d’ailleurs de tenir son assem­blée géné­rale à Stras­bourg ».
Et le président de préci­ser : « Depuis la fin des années 60, il exis­tait deux asso­cia­tions dont les rela­tions ont parfois été conflic­tuelles. Celle de M. Thuet a été dissoute à la mort de son fonda­teur. C’est cette liqui­da­tion qui a été récem­ment évoquée par la presse ».
Par contre, l’ Amicale inter­dé­par­te­men­tale, « encore bien présente », tient à préci­ser le président Robert Lang, rassemble depuis plusieurs années tous les Anciens, sans réserves, y compris, bien sûr, les anciens membres de la Fédé­ra­tion de M. Thuet.

« C’est d’ailleurs cette asso­cia­tion qui a été l’in­ter­lo­cu­teur unique du Conseil Géné­ral pour la réali­sa­tion de l’ expo­si­tion Tambov au Mémo­rial de Schir­meck, en octobre dernier et qui vient d’édi­ter le 46e numéro de son bulle­tin de liai­son ».
L’as­so­cia­tion a pour objec­tif la péren­nité de la mémoire en colla­bo­ra­tion étroite avec le conseil régio­nal « Monsieur Mémoire », en la personne d’Al­phonse Troest­ler et tous ceux qui oeuvrent dans ce sens.

« Notre objec­tif est de trans­mettre et de confier aux géné­ra­tions futures la mémoire de ceux – envi­ron 3000 qui ont disparu à Tambov même, voire au front, dans les nombreux camps inter­mé­diaires, dans la même misère extrême » précise le président Lang. « Rappe­lons que 40 000 Alsa­ciens et Mosel­lans ont disparu dont plus de 10 000 sans lais­ser de traces ».

Mot d’ordre pour l’Ami­cale: « Non à l’aban­don, oui à la trans­mis­sion » à l’is­sue de leur assem­blée géné­rale, pour répondre aux inquié­tudes qui se sont mani­fes­tées.

Marcel Buchy

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *