Ques­tions écrite au sujet des orphe­lins d’in­cor­po­rés de force – 15.5.2018. Docu­ment trans­mis par Serge Amorich

Commentaire (1) Actualité, Questions écrites, législation et jurisprudence

 

Ques­tion écrite n° 8245 de Monsieur le Député Raphaël SCHELLENBERGER (Les Répu­bli­cains – Haut-Rhin) publiée au JO le 15 mai 2018

Monsieur Raphaël SCHELLENBERGER inter­roge Mme la ministre des armées sur l’oc­troi d’une aide finan­cière aux orphe­lins dont les parents, « Malgré Nous » d’Al­sace-Moselle, ont été enrô­lés de force dans la Wehr­macht. Le décret n° 2004–751 du 27 juillet 2004 insti­tuant une aide finan­cière en recon­nais­sance des souf­frances endu­rées par les orphe­lins dont les parents ont été victimes d’actes de barba­rie durant la Deuxième Guerre mondiale ne permet pas, en l’état actuel, d’ins­tau­rer des mesures de répa­ra­tion à l’égard des enfants orphe­lins de parents « Malgré Nous » morts pendant la Deuxième Guerre mondiale. Le 8 mai 2010, lors de la commé­mo­ra­tion du 65ème anni­ver­saire de la Victoire du 8 mai 1945, le Président de la Répu­blique Nico­las Sarkozy avait exprimé, à Colmar, le soutien de la Nation à l’égard de cette souf­france si long­temps tue, « qui a laissé dans le cœur de chaque Alsa­cien et de chaque Mosel­lan une profonde et secrète bles­sure dont la douleur n’est pas éteinte », souli­gnant ce jour « que le destin tragique de ces hommes fait partie de notre histoire natio­nale, de notre mémoire collec­tive et que leur douleur mérite la compré­hen­sion et le respect. La compré­hen­sion et le respect que l’on doit à ceux auxquels nous lie le senti­ment profond d’ap­par­te­nir à une même nation frater­nelle qui a partagé tant d’épreuves ». Ces plus de 130 000 hommes, dont 30 000 perdirent la vie au combat et 10 000 restèrent portés dispa­rus, furent les victimes d’un crime de guerre. Il lui demande donc quelles dispo­si­tions le Gouver­ne­ment entend prendre afin d’in­té­grer les orphe­lins de ces incor­po­rés de force au champ couvert par le décret du 27 juillet 2004 et selon quel calen­drier de mise en œuvre.

0 Partages

One Response to Ques­tions écrite au sujet des orphe­lins d’in­cor­po­rés de force – 15.5.2018. Docu­ment trans­mis par Serge Amorich

  1. NOCK Irène dit :

    Je suis la seule orpheline survivante d’un « Malgré Nous » disparu sur le front russe en 1945.
    Nous étions 3 enfants. Pour sauver sa famille mon père a accepté malgré lui de répondre à son
    incorporation de force dans la Wehrmacht. Après des années de recherche j’ai pu retrouver ses traces à Mamonovo – Kaliningrad. Non identifié je n’ai pas trouvé de tombe mais son nom gravé
    sur une stèle avec les dates de naissance et de mort. Quelle émotion ! mais aussi un sentiment
    de devoir accompli après plus de 70 ans de questionnement dont 10 ans d’attente puisque porté disparu…Non seulement la jeunesse de mon père lui a été volée mais sa vie de famille détruite…Ce fut un combat quotidien pour ma mère et pour nous les enfants un manque.
    Le seul dédommagement que je souhaite est la reconnaissance et la mémoire des incorporés de force dans l’armée allemande. Que ce souvenir soit perpétué, cité au même titre que tous les autres victimes de guerre… Merci aux députés de ne pas nous laissé tomber.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *