Réunion d’in­for­ma­tion de l’OPMNAM au Musée de l’Abri à Hatten le 22.10.2009

Commentaire (0) Actualité

 

L’as­so­cia­tion Orphe­lins de pères « Malgré-Nous » d’Al­sace-Moselle, sur l’in­vi­ta­tion de M. Fennin­ger, maire de Hatten et président du Musée de l’Abri, a tenu une réunion d’in­for­ma­tion pour ses membres le jeudi 22 octobre, un choix judi­cieux et provi­den­tiel selon Gérard Michel, le président de la délé­ga­tion Alsace-Moselle de l’OPMNAM, invi­tant les médias à faire davan­tage connaître ce lieu histo­rique, dont les bunkers de la ligne Magi­not, les maté­riels mili­taires, ainsi qu’une salle consa­cré aux « Malgré-Nous » et au camp de Tambov.

« Le choix du musée de l’Abri à Hatten s’est avéré judi­cieux et provi­den­tiel, ne connais­sant ni les lieux, ni les acteurs de ce musée animé par des béné­voles et dirigé par un président d’une rare qualité, « un passionné ». Le travail réalisé par cette équipe est remarquable et je remer­cie encore Monsieur Fennin­ger pour son accueil chaleu­reux. La visite appro­fon­die des lieux mérite une bonne jour­née, la place réser­vée aux « Malgré-Nous » est centrale, les témoi­gnages et les objets dépo­sés sont consi­dé­rables. Un vrai musée à ciel ouvert et dans les salles couvertes, la place réser­vée aux Malgré-Nous et à Tambov est essen­tielle et les expli­ca­tions justes et sans masques… Ce musée méri­te­rait une plus large publi­cité dans les médias », souligne Gérard Michel.

jpg_hatten_2.jpg

La mati­née fut consa­crée à la visite conduite par M. Fennin­ger, le midi à un déjeu­ner en commun au restau­rant « Le Stamm­tisch », suivi de la réunion d’in­for­ma­tion l’après-midi.

Une très bonne nouvelle de M. Philippe Richert

Il fut donné lecture d’un très impor­tant et émou­vant message, daté du 22 septembre dernier, adressé à l’OPMNAM par le séna­teur Philippe Richert, le prin­ci­pal arti­san du Mémo­rial d’Al­sace-Moselle qui vit le renou­veau pour une Mémoire décom­plexée pour nos trois dépar­te­ments, comme il aime à le dire.

Connais­sant l’en­ga­ge­ment de longue date de notre asso­cia­tion, pour nous avoir reçu, Monsieur Richert nous apporte un soutien sans faille pour le Mur des Noms :

➢ « Vous savez que vous pouvez comp­ter sur moi en parti­cu­lier pour la réali­sa­tion pour votre projet d’édi­fi­ca­tion d’un « Mur des Noms » consa­cré aux Alsa­ciens–Mo­sel­lans portés dispa­rus lors de la dernière guerre mondiale ».
➢ « La réali­sa­tion du Mémo­rial d’Al­sace-Moselle a bien été entre­prise pour témoi­gner de l’his­toire spéci­fique de notre région et pour que chacun se souvienne des drames vécus par ses habi­tants ».

jpg_hatten_3.jpg

Nul doute que cette promesse ira droit au cœur de tous les orphe­lins et des veuves des incor­po­rés de force, aux dizaines de milliers de familles concer­nées, aux « Malgré-Nous » et aux « Malgré-Elles », ainsi qu’à leurs enfants et petits-enfants.
Rappe­lons que, pour ce futur lieu de recueille­ment, de témoi­gnage et de recon­nais­sance par la Nation, le Chef de l’Etat s’était égale­ment prononcé favo­ra­ble­ment, évoquant « ces fils de France (…), victimes de l’His­toire (qui) ne doivent pas être aspi­rés par l’ou­bli. Grâce à vous, leurs noms figu­re­ront bien­tôt sur un monu­ment érigé en Alsace- Moselle, sur cette terre de France à laquelle ils ont été arra­chés pour être jetés dans des combats achar­nés (…). Par votre inter­mé­diaire, je leur adresse aujourd’­hui le salut frater­nel de la Nation » (extraits du message de Nico­las Sarkozy lu à Tambov, le 26 février 2008, par Philippe Richert).

jpg_Hatten_1.jpg

Autre moment émou­vant, le témoi­gnage de trois de nos amis à la recherche des sépul­tures de leur père lors d’un dépla­ce­ment en Pologne en juin pour Gérard Michel, dans les Pays Baltes en juillet pour Robert Anthony et son épouse, à Tambov-Kirsa­nov en septembre pour Fernand Foeglé.

Les orphe­lins de Malgré-Nous igno­rés

Autres point forts abor­dés :

1. Le dépôt le 4 août, par avocat inter­posé, d’un pour­voi en cassa­tion devant le Conseil d’Etat à l’en­contre du rejet par le tribu­nal admi­nis­tra­tif de Stras­bourg du 8 juin de la demande en annu­la­tion d’une déci­sion du premier ministre faite à notre ami René Adam, de Kill­stett, afin de l’ex­clure du béné­fice du décret du 27 juillet 2004, comme tous les orphe­lins des « Malgré-Nous », accor­dant une mesure de répa­ra­tion aux orphe­lins des personnes victimes d’actes de barba­rie nazie, situa­tion drama­tique que le rappor­teur public du gouver­ne­ment a lui-même reconnu le 1er avril 2009 aux incor­po­rés de force en raison des pres­sions extrêmes et des repré­sailles envers les familles auxquelles ces Français avaient été soumis.
2. Le dépôt, le 22 septembre, d’une deuxième requête contre l’Al­le­magne qui a fait de nous des orphe­lins, mais qui nous ignore, auprès de la Cour Euro­péenne des Droits de l’Homme à Stras­bourg et à son invi­ta­tion, suite à notre appel du 9 juillet, pour des faits nouveaux.
3. L’ex­clu­sion sans ména­ge­ment des orphe­lins des « Malgré-Nous » du nouveau décret en prépa­ra­tion, une troi­sième discri­mi­na­tion de l’Etat français, cores­pon­sable de notre situa­tion.
4. Pour un Mur des Noms dans chaque commune
5. L’ap­pui de l’Ely­sée qui a confié une mission inter­mi­nis­té­rielle à l’OPMNAM pour la réali­sa­tion et le cofi­nan­ce­ment du Mur des Noms.

jpg_hatten_4.jpg

 Photos : Walter Oster, OPMNAM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *