SIMON Joseph

Commentaire (0) Portraits de Malgré-Nous

 

Simon_1939.jpgMon père Joseph Simon, né le 12 août 1915 à Saverne (Bas-Rhin). Il effec­tue son service mili­taire dans l’In­fan­te­rie à Reims (1935–1936), puis combat sur la Ligne Magi­not (1939–1940).

Il a été incor­poré le 20 mai 1943 dans l’Ar­mée alle­mande.

Les seuls docu­ments en ma posses­sion étant une lettre d’un lieu­te­nant alle­mand annonçant le décès de mon père au cours d’un combat contre des parti­sans ukrai­niens, le 14 août 1943, à Kopy­tow et qu’il a été enterré à Zwia­hel (Ukraine), et une photo de groupe de mili­taires (avec mon père et son copain Charles Gant­zer). Cette photo date de mai/juin 1943. Mon père se trouve au premier rang à droite. Mr. Gant­zer est debout, le 3e depuis la gauche.

En 1994, Mr Charles Gant­zer, par la voie de deux jour­naux régio­naux (« L’Ami hebdo » et les « Dernières Nouvelles d’Al­sace », publie son histoire vécue d’in­cor­poré de force et, entre-autres, la fin réelle de mon père. Ils étaient ensemble à Hanovre, puis à Koretz (Ukraine). C’est dans cette petite ville que mon père a été abattu par un gradé alle­mand, car il proje­tait de rejoindre les Ukrai­niens qui appe­laient les Français (Alsa­ciens et Mosel­lans) à déser­ter. Son corps avait été laissé sur place et, par la suite, les soeurs d’un couvent proche l’on enterré.

jpg_couvent_Koretz.jpg

Le couvent de Koretz – DR

Par mes recherches person­nelles en 2008 vers diffé­rentes adresses du site de « L’Ami hebdo » et le témoi­gnage de M. Gant­zer, je connais enfin le lieu où se trouve la tombe de mon père.

Tout concorde avec le récit de M. Gant­zer, sauf que la version « tué par un offi­cier alle­mand » est diffé­rente ; mon père a été fusillé par les Alle­mands pour n’avoir pas exécuté des Ukrai­niens.

J’ai été admi­ra­ble­ment secondé dans mes recherches par les services de l’am­bas­sade de France en Ukraine qui, à travers l’at­ta­ché à la Défense, ont réalisé un travail exem­plaire.

En conclu­sion, le 8 mai 2009, les auto­ri­tés ukrai­niennes ont refait à neuf l’amé­na­ge­ment de la tombe de mon père et l’at­ta­ché à la Défense a déposé une gerbe en compa­gnie d’un respon­sable de l’ar­ron­dis­se­ment de Koretz (sous-préfet).

A la demande du sous-préfet de Koretz, l’Am­bas­sade de France en Ukraine m’a demandé de lui trans­mettre un texte destiné à la plaque prévue sur la croix plan­tée. J’ai rédigé ces quelques mots : « Joseph Simon incor­poré de force dans l’ar­mée alle­mande, né le 12 août 1915 à Saverne, région française annexée en 1940, fusillé le 14 août 1943 par les Alle­mands » qui ont été gravés sur la plaque et placée sur la tombe (voir aussi Dernières nouvelles d’Al­sace, édition de Saverne, du 8 mai 2011).

jpg_8_Mai_2009_Tombe_J-SIMON.jpg

Ci-dessus : La tombe de Joseph Simon, 8 mai 2009 à Koretz.

Bernard SIMON

M. Claude Herold nous a commu­niqué la fiche du Volks­bund (merci!) :

 Nach­name: Simon

Vorname: Josef

Dienst­grad: Grena­dier

Geburts­da­tum: 12.08.1915

Geburt­sort: Zabern

Todes-/Vermiss­ten­da­tum: 14.08.1943

Todes-/Vermiss­te­nort: Kopy­tow 6 km nordw. Korez

Josef Simon wurde noch nicht auf einen vom Volks­bund errich­te­ten Solda­ten­fried­hof überführt oder konnte im Rahmen unse­rer Umbet­tungs­ar­bei­ten nicht gebor­gen werden. Nach den uns vorlie­gen­den Infor­ma­tio­nen befin­det sich sein Grab derzeit noch an folgen­dem Ort:
Nowo­grad – Ukraine

* Bernard Simon a obtenu de son côté les fiches suivantes :

* Du Volks­bund :

 Name: Josef Simon

Dienst­grad: Grena­dier

gebo­ren: 12.08.1915, Zabern

Trup­pen­teil : 4./Res.Gren.Btl.91

Erken­nung­smarke : –10-Stb.Kp.G.E.B.588

Todes­tag: 14.08.1943

Tode­sort: Kopy­tow 6 km nordw. Korez

Grablage: Nowo­grad-Wolyns­kij (früher : Zwia­hel), Zivil­fried­hof.

Il est égale­ment précisé que les tombes à Nowo­grad-Wolyns­kij ne sont plus loca­li­sables et que les corps ont été rapa­triés sur le cime­tière de Kiev (à 20 km au sud de la ville).

* De la WAST :

SIMON Josef, gebo­ren am 12. August 1915 in Zabern

 Dien­stein­tritt : nicht verzeich­net

Erken­nung­smarke : –1024-Stamm-Kp.G.E.B.588

Dienst­grad : Grena­dier

Heima­tan­schrift : Zabern, Stadel­gasse 25

Trup­pen­teile:

Lt. Meldung v/ 03.06.1943 Stamm-Kopma­nie/Grena­dier-Ersatz-Bataillon 588 Hanno­ver

04.07.1943 u. lt. Meldung v. 14.08.1943 4.Kompa­nie/Reserve-Grena­dier-Bataillon 91

Todes­mel­dung : 14.08.1943 in Kopy­tow (Kopi­tuv)/Ukraine gefal­len ; Infan­te­rie­ges­choss rechte Brust­seite (Zerreis­sung der Schla­ga­der) – Graban­lage : Zivil­fried­hof in Zwia­hel (Nowoh­rad-Wolins­kij)/Ukraine (ohne weiter Anga­ben)

 

* PS : Les données de la WAST et du Volks­bund en ce qui concerne le lieu où repose mon père n’ont pas été mises à jour depuis et mentionnent toujours les coor­don­nées erro­nées datant de 1943. Merci à M. Mengus, de « L’Ami hebdo », à M. Herold, à l’am­bas­sade de France à Kiev, à la WAST et au Volks­bund, et à la famille de Charles Gant­zer.

Bernard Simon

Simon_Joseph_plaque.jpg

Plaque sur la tombe de Joseph Simon.

* Voir égale­ment l’ar­ticle paru dans L’Ami hebdo du 12.8.2012 p.26.

et, lien trans­mis pas Jean-Marc Valen­tini, http://www.amba­france-ua.org/Devoir-de-memoire-dans-l-Ouest-de

Port­fo­lio


SONY DSC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *