SPIEGEL Marie Rosa­lie : Au service de « Tante JU »

Commentaire (0) Les incorporés de force face à leur destin

 

jpg_Spiegel_Marie_Rosalie.jpgMarie Rosa­lie Spie­gel est née le 30 avril 1924 à Huningue (Haut-Rhin) où son père était employé de la SNCF. Incor­po­rée de force au Reich­sar­beits­dienst, elle travaille notam­ment dans des fermes. Elle est ensuite versée d’of­fice dans le Krieg­shilf­sdienst (Service auxi­liaire de guerre) et mutée dans l’usine Junkers de Fritz­lar (à 20 km au Sud de Kassel). Pendant ces deux périodes de service, elle parvient à établir quelques contacts avec des prison­niers de guerre français ; ce qui était formel­le­ment inter­dit.

A l’is­sue de son temps au KHD, elle retrouve ses parents et l’Al­sace en mai 1944.

En 1998, l’Of­fice Natio­nal des Anciens Combat­tants recon­naît à Marie Rosa­lie Faist, née Spie­gel, la « qualité d’in­cor­poré de force dans les forma­tions para­mi­li­taires alle­mandes » pour la période du 8 avril 1943 au 17 mai 1944 (RAD et KHD).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *