Débats du Sénat

Réponse ministérielle publiée au JO Débats du Sénat (Série questions) du jeudi 20 août 2015 à la question écrite de Madame la sénatrice Sophie Primas

Document transmis par Serge Amorich

vendredi 21 août 2015 par Nicolas Mengus

Question écrite n° 16969 de Mme Sophie Primas (Yvelines - Les Républicains)

publiée dans le JO Sénat du 25/06/2015 - page 1493

Mme Sophie Primas attire l’attention de M. le secrétaire d’État, auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire sur les préoccupations de l’union française des associations de combattants et de victimes de guerre (UFAC) relatives à la préparation du projet de loi de finances pour 2016. En effet, face au risque de nouvelles mesures de restriction budgétaire, l’UFAC demande une revalorisation du point de pension militaire d’invalidité, mise en place à travers une commission tripartite regroupant le Gouvernement, le Parlement et le monde combattant. De plus, cette association appelle au maintien des services départementaux de l’office national des anciens combattants et victimes de guerre avec le personnel nécessaire et les crédits indispensables à leur fonctionnement. De surcroît, l’UFAC demande que le plafond des ressources au niveau du seuil de pauvreté français soit pérennisé avec la création d’une mesure similaire pour les anciens combattants les plus démunis. En outre, cette structure souhaite que le principe d’égalité de traitement pour tous les orphelins de guerre soit clairement établi. Enfin, l’UFAC demande que les injustices touchant les « malgré-nous » et les résistants de l’Alsace-Moselle soient prises en compte dans les même conditions que celles des victimes civiles de la guerre. Par conséquent, elle lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures que le Gouvernement compte prendre afin de répondre à ces préoccupations.

Réponse du Secrétariat d’État, auprès du ministère de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire

publiée dans le JO Sénat du 20/08/2015 - page 1952

Depuis la modification de l’article L. 8 bis du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre (CPMIVG) par l’article 117 de la loi de finances pour 2005 qui a porté réforme du rapport constant, la valeur du point de pension militaire d’invalidité (PMI) est révisée proportionnellement à l’évolution de l’indice INSEE des traitements bruts de la fonction publique de l’État, à la date de cette évolution, et non plus de manière rétroactive comme dans le dispositif en vigueur auparavant. Cet indice est donc aujourd’hui la seule référence pour l’évolution de la valeur du point de PMI. Cette méthode permet de revaloriser régulièrement les pensions militaires d’invalidité, la retraite du combattant et la rente mutualiste. Il est utile de préciser, à cet égard, que depuis l’entrée en vigueur du décret n° 2005-597 du 27 mai 2005 qui avait fixé la valeur du point de PMI au 1er janvier 2005 à 12,89 euros en application de l’article R.1 du CPMIVG, le point de PMI a été réévalué à plus de 20 reprises pour atteindre la valeur de 13,97 euros au 1er avril 2014, conformément à l’arrêté du 28 novembre 2014 publié au Journal officiel de la République française du 9 décembre 2014. Il n’est pas envisagé actuellement de revenir sur ce dispositif qui a été mis en place en concertation avec les principales associations du monde combattant. Cependant, le secrétaire d’État chargé des anciens combattants et de la mémoire s’est engagé à veiller à la publication rapide, dès la fixation des nouveaux indices de l’INSEE, des arrêtés fixant la nouvelle valeur du point de PMI. En outre, au titre de sa mission d’opérateur de la politique de reconnaissance, de réparation et de solidarité en faveur du monde combattant, l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC-VG) dispose d’un maillage territorial composé de 102 services départementaux, deux services en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie et trois services en Algérie, au Maroc et en Tunisie. Ces services de proximité animent un vaste ensemble de partenaires associatifs et institutionnels œuvrant dans les domaines de la mémoire, de la solidarité, de la reconnaissance et de la réparation. La réforme de l’administration au service des anciens combattants engagée ces dernières années a eu pour effet d’étendre les missions des services de l’ONAC-VG, avec, notamment, en 2010, la reprise d’une partie des missions anciennement dévolues à la direction des statuts, des pensions et de la réinsertion sociale. En outre, le comité interministériel pour la modernisation de l’action publique (CIMAP) a décidé, le 17 juillet 2013, de conforter le rôle de service de proximité de l’établissement public en élargissant son action aux anciens membres des forces supplétives, à leurs ayants cause et aux rapatriés. Parallèlement, l’Office a mis en œuvre des mesures visant à simplifier et à dématérialiser les procédures concernant notamment l’attribution des cartes et titres, et à mutualiser certaines tâches administratives afin de permettre aux agents de recentrer leur action sur les missions de proximité. La rationalisation des méthodes de travail et la modernisation des outils à la disposition des services de l’Office vont se poursuivre dans l’avenir afin de renforcer encore davantage la capacité de l’établissement public à répondre aux attentes légitimes du monde combattant. À cet effet, la loi de finances (LFI) pour 2015 a porté le montant de la subvention de l’établissement public à 57,7 millions d’euros pour le présent exercice. Par ailleurs, le montant de ses crédits d’action sociale a été relevé à hauteur de 23,4 millions d’euros, soit une augmentation de 1,5 million d’euros par rapport à la LFI pour 2014. Le réseau de l’ONAC-VG emploie aujourd’hui près de 530 équivalents temps plein (dont 62 en Afrique du Nord) qui œuvrent au profit de trois millions de ressortissants. Il constitue un outil exceptionnel au service du monde combattant. Le budget triennal 2015-2017 consolide le maillage territorial de l’ONAC-VG en confortant l’existence et les effectifs de ce réseau. Cet élément illustre la constante attention du secrétaire d’État pour qui le maintien de l’implantation départementale de l’ONAC-VG et la préservation des missions de l’établissement public constituent une priorité réaffirmée à plusieurs reprises. Par ailleurs, l’aide différentielle en faveur des conjoints survivants (ADCS) de ressortissants de l’ONAC-VG, âgés de 60 ans au moins, s’est révélée nécessaire du fait des difficultés financières grandissantes rencontrées par un certain nombre de veuves ne disposant pas d’une retraite ou de ressources personnelles, et se trouvant d’autant plus démunies au décès du conjoint qu’elles étaient désormais privées des avantages fiscaux ou sociaux dont disposait leur mari, alors que leur incombaient les charges du ménage. Depuis sa création, l’ADCS a été régulièrement revalorisée, comme en atteste l’évolution de son montant plafond mensuel qui a été porté de 550 euros en 2007 à 932 euros en 2014, ce qui représente une augmentation de 69,5 %. De plus, la loi de finances pour 2015 a relevé le montant de la dotation des crédits d’action sociale de l’établissement public, dont relève cette prestation, à hauteur de 23,4 millions d’euros, soit une augmentation de 1,5 million d’euros par rapport à la loi de finances initiale pour 2014. Toutefois, pour des raisons juridiques soulevées en octobre 2014, ce dispositif a dû être adapté. Cette évolution s’inscrit dans le cadre de la refonte de la politique sociale de l’ONAC-VG qui doit conduire à une amélioration sensible de la situation des plus nécessiteux des ressortissants de l’Office. Conformément aux engagements du secrétaire d’État chargé des anciens combattants et de la mémoire, un groupe de travail a été constitué en vue de finaliser cette refonte de la politique sociale, à travers la commission « Mémoire et solidarité » de l’Office qui s’est réunie le 17 mars. Cette refonte a été adoptée par le conseil d’administration du 27 mars 2015. C’est dans ce contexte qu’un régime transitoire a été mis en place pour l’année 2015. Ce dernier permettra aux conjoints survivants de continuer de bénéficier des aides de l’ONAC-VG pour atteindre un revenu mensuel égal à 987 euros. À terme, la situation de chaque ayant cause sera réétudiée au regard de différents critères de fragilité et non plus au vu de leurs seuls revenus. De même, l’aide apportée ne sera plus différentielle mais adaptée à chaque situation étudiée isolément. Cet examen individualisé des dossiers permettra d’apporter une aide plus significative aux conjoints survivants, aux anciens combattants les plus démunis, les plus fragiles et les plus isolés, ainsi qu’aux autres ressortissants en situation de précarité. Par ailleurs, très attaché au devoir de mémoire et comprenant la détresse et la souffrance de celles et ceux que la guerre a privés de leurs parents, le secrétaire d’État accorde une attention toute particulière à la demande d’extension des dispositifs mis en place par les décrets n° 2000-657 du 13 juillet 2000 instituant une mesure de réparation pour les orphelins dont les parents ont été victimes de persécutions antisémites et n° 2004-751 du 27 juillet 2004 instituant une aide financière en reconnaissance des souffrances endurées par les orphelins dont les parents ont été victimes d’actes de barbarie durant la Deuxième Guerre mondiale. Ainsi que le prévoit le CPMIVG, tout orphelin de guerre peut percevoir, ou a pu percevoir, une pension spécifique jusqu’à son 21e anniversaire. En revanche, l’indemnisation mise en place par les décrets de 2000 et 2004 est plus particulièrement destinée aux victimes de l’extrême barbarie nazie, qui renvoie à une douleur tout à fait spécifique, celle d’avoir perdu un père ou une mère, ou parfois les deux, dans un camp d’extermination. En effet, c’est fondamentalement le caractère particulièrement insoutenable d’extrême barbarie nazie propre à ces disparitions spécifiques à la Seconde Guerre mondiale, le traumatisme dépassant le strict cadre d’un conflit entre États, qui est à l’origine de ce dispositif réservé aux enfants dont les parents, résistants ou ayant fait l’objet de persécutions antisémites ou raciales, sont décédés en déportation ou ont été exécutés dans les circonstances définies aux articles L. 274 et L. 290 du CPMIVG. Ce dispositif doit rester fidèle à sa justification essentielle qui est de consacrer solennellement le souvenir des victimes de la barbarie nazie, à travers leurs enfants mineurs au moment des faits. C’est pourquoi le Gouvernement a décidé de maintenir cette spécificité pour ne pas porter atteinte à la cohérence de ces décrets. Néanmoins l’examen de plusieurs dossiers a laissé apparaître la difficulté d’appliquer des critères stricts à des situations extrêmement diverses. La mise en œuvre de ces critères doit donc s’opérer de manière éclairée, afin de donner aux deux décrets leur pleine portée, dans le respect de leur ambition initiale d’indemniser la souffrance des orphelins dont les parents ont été frappés par cette barbarie. Enfin, il convient de rappeler que les « Malgré-nous » bénéficient, depuis l’ordonnance n° 45-364 du 10 mars 1945 modifiée, des mêmes droits que les combattants ayant servi dans les formations de l’armée française durant la Seconde Guerre mondiale. Les services qu’ils ont effectués dans la Wehrmacht et leurs périodes de captivité éventuelles sont validés pour la retraite ; les blessures reçues et les maladies contractées dans ces circonstances sont susceptibles d’être indemnisées au titre du CPMIVG. Ils peuvent également prétendre à la carte du combattant et donc à la retraite du combattant. Par ailleurs, les patriotes réfractaires à l’annexion de fait (PRAF) ont vu leurs mérites pris en considération par la création d’un statut spécifique lié à l’attribution du titre de PRAF, créé par arrêté du 7 juin 1973 et validé par l’article 103 de la loi n° 87-1060 du 3 décembre 1987, portant loi de finances pour 1988. La création de ce statut a permis à ses bénéficiaires d’obtenir la qualité de ressortissants de l’ONAC-VG et d’accéder ainsi aux aides dispensées par cet établissement public et aux maisons de retraite gérées par l’Office. Par ailleurs, un droit à réparation leur est ouvert dans le cadre du CPMIVG, en qualité de victimes civiles, dès lors que l’imputabilité des blessures ou des maladies invoquées peut être rattachée à un fait de guerre. De plus, les PRAF bénéficient de la validation de la période de réfractariat pour la retraite. En matière de décoration, l’acte conscient de patriotisme consistant à exprimer par l’éloignement le refus de l’annexion par l’Allemagne des départements de l’Est a également été reconnu par l’octroi de l’insigne de patriote réfractaire à l’annexion de fait, créé par le décret n° 98-1098 du 7 décembre 1998. Il convient d’ajouter que leur parcours est également pris en compte dans le cadre des promotions dans les ordres nationaux. Par conséquent, la législation actuelle paraît répondre aux préoccupations essentielles de ces ressortissants.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 1720 / 1532202

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Actualité   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 21