GERHARDS Auguste, Morts pour avoir dit non

jeudi 3 janvier 2008 par Nicolas Mengus

Résister à l’ordre nazi, porter des messages et des informations à « l’ennemi », faire passer la frontière à des prisonniers de guerre évadés, refuser d’endosser l’uniforme allemand ou déserter de la Wehrmacht, tout ceci était très lourdement puni par la peine de mort. C’est, par exemple, le cas de neuf Alsaciens et de cinq Lorrains qui, après jugement, ont été exécutés, entre le 27 septembre 1943 et le 13 décembre 1944, à la prison « Roter Ochse » de Halle-an-der-Saale (Saxe-Anhalt). « Les livres d’histoire ne s’intéressaient guère à ces anonymes, qui avaient souvent opérés en dehors des groupes de résistants recensés a posteriori » souligne Auguste Gerhards qui retrace le parcours de ces 14 malheureux, morts pour avoir aimé la France au péril de leur vie. Cette solide étude montre qu’il était ô combien dangereux de se rebeller sous la botte nazie ou de dire tout simplement « non ».

Nicolas Mengus

Auguste GERHARDS, Morts pour avoir dit non. Quatorze Alsaciens et Lorrains face à la justice nazie, La Nuée Bleue, Strasbourg, 250 p., 20 euros.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 562 / 1528276

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site À lire…   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License

Visiteurs connectés : 9