STECK Joseph

Commentaire (0) Les incorporés de force face à leur destin

 

Un des 1500 « chan­ceux » de Tambov

J. Steck (à gauche) et C. Wurmser

J. Steck (à gauche) et C. Wurm­ser En uniformes de la Wehr­macht (début 1943) Photo DR

Déser­teur de l’Ar­mée alle­mande sur le front russe, Joseph Steck est capturé par les Russes, puis envoyé au camp de Tambow. Libéré parmi les « 1500 », il fait un long voyage jusqu’Al­ger, avant de fina­le­ment reve­nir en France.

Témoi­gnage recueilli par François Fennin­ger

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *