STORCK François-Xavier

Commentaire (0) Portraits de Malgré-Nous

 

jpg_Storck_portrait_1943-2.jpg(* Sarre­bourg, Moselle, 26.1.1923 + Schil­ti­gheim 13.8.2008). Incor­poré de force, ancien de Tambov. Au cours d’une attaque, son sergent s’est défilé et François-Xavier Storck, qui était le plus âgé de la compa­gnie (20 ans) a pris le contrôle et a sauvé toute la section d’une mort certaine. Cela lui a valu la Croix de fer.

Il était dans le 5e Panzer Régi­ment de la 12e Divi­sion Blin­dée.

Sa fille, Michèle Storck-Leiser, se souvient : « Mon père a été enrôlé dans l’ar­mée alle­mande le 15.1.1943, il a été à Cassel et Chem­litz pendant 15 jours, ensuite il est parti pour Chelm et Sokal en Pologne, il était stationné dans une ancienne caserne alle­mande datant de 14/18.
Fin avril 1943, il a été trans­feré à un point d’ap­pui entre la Pologne et l’Ukraine dans un couvent tenu par des pères capu­cins de Koenig­shof­fen.
A noël 1943, l’ordre fut donné de partir au front russe, il a été affecté à la 12ème divi­sion blin­dée, régi­ment 5.
En janvier 44, il est au Kurland, à cette période la terre est telle­ment gelée qu’il a été impos­sible de faire des tran­chées, les russes étaient à 400 m. maxi.
C’est en voulant réchauf­fer sa maigre nour­ri­ture, en suivant une ligne indiquée où deavait se trou­ver un poste alle­mand, les russes atten­daient ….
C’est ici, que mon père a été fait prison­nier, battu et anvoyé à Tambov.
Mon père ne rentra qu’en septembre 1945, sérieu­se­ment dimi­nué physique­ment, malade et brisé mora­le­ment et tout cela à 22 ans ».

 

Dossier consti­tué par Michèle Storck-Leiser

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *