Vers un recen­se­ment des Alsa­ciens et Mosel­lans incor­po­rés de force dans l’Ar­mée alle­mande

Commentaire (0) Actualité

 

Dans le cadre de la sauve­garde de la Mémoire des dépar­te­ments de la Moselle, du Bas et du Haut-Rhin, le jour­nal L’Ami hebdo parti­cipe acti­ve­ment au projet de recen­se­ment de Français et Françaises incor­po­rés de force dans l’Ar­mée alle­mande au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Comme annoncé dans notre édition du 10.12.2006 (p.14), L’Ami hebdo se propose de parti­ci­per au recen­se­ment des « Malgré-Nous » et des « Malgré-Elles » lancé par les dépar­te­ments de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, en diffu­sant auprès de ses lecteurs et de leurs parents et amis des fiches de recen­se­ment.

Un recen­se­ment, pourquoi ?

En premier lieu, ce travail a une dimen­sion histo­rique indé­niable : le nombre exact de personnes ayant le statut de « dépor­tés mili­taires » (ou d’« incor­po­rés de force ») n’est toujours pas connu. L’es­ti­ma­tion géné­ra­le­ment rete­nue est de 130.000 Incor­po­rés de force alsa­ciens et mosel­lans ; le chiffre total pour­rait dépas­ser les 140.000 indi­vi­dus (certains avancent des esti­ma­tions supé­rieures). De ce fait, il y a aussi une incer­ti­tude sur le nombre réel de veuves et d’or­phe­lins.
En second lieu, ce recen­se­ment se veut aussi être un acteur de la Mémoire. Dans ce cadre précis, une première appli­ca­tion, d’ores et déjà program­mée, est la réali­sa­tion, au Mémo­rial d’Al­sace-Moselle de Schir­meck, d’un « Mur des Noms » en hommage aux incor­po­rés de force morts au front ou portés dispa­rus. En l’ab­sence d’une liste fiable, leur nombre est estimé à 40.000 indi­vi­dus.

Un appel est lancé

Les personnes dési­reuses de contri­buer à cette grande œuvre de Mémoire trou­ve­ront en fichier pdf joint un exem­plaire de la fiche diffu­sée par L’Ami hebdo. Elle comporte des infor­ma­tions histo­riques (armée d’in­cor­po­ra­tion forcée, pays d’en­ga­ge­ment, lieux d’hos­pi­ta­li­sa­tion et de capti­vité, etc.) qui permet­tront la rédac­tion de notices biogra­phiques, si possible illus­trées d’un portrait d’époque ou de quelques docu­ments.
Une fois rensei­gnées et renvoyées au jour­nal (les réponses peuvent aussi se faire sur papier libre), ces fiches servi­ront ensuite à rédi­ger un « Portrait » et mis en ligne sur le site Inter­net de L’Ami hebdo. Une fois sur Inter­net, ces infor­ma­tions seront aisé­ment acces­sibles aux parti­cu­liers, aux histo­riens, aux étudiants ou aux cher­cheurs, mais aussi au futur organe de travail commun à l’Al­sace et à la Moselle. La contri­bu­tion de L’Ami hebdo se veut aussi être un outil de travail.

Nico­las Mengus
L’Ami hebdo
30, rue Thomann
67082 STRASBOURG cedex

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *