Vichy et les soldats alsa­ciens et mosel­lans

Commentaire (0) Evacuation et Annexion

 

Le géné­ral d’Ar­mée Colson, secré­taire d’Etat à la Guerre du gouver­ne­ment de Vichy, fait savoir qu’il faut inci­ter les soldats de l’Ar­mée française origi­naires de l’Al­sace et de la Moselle à retour­ner dans leurs régions désor­mais annexées au IIIe Reich, ajou­tant qu’il ne leur sera pas tenu rigueur des enga­ge­ments auxquels les nazis pour­raient les contraindre.
A noter que les Français libres de Londres tiennent le même discours à l’égard des Alsa­ciens et Mosel­lans rentrés chez eux.

A l’au­tomne 1940, une autre note secrète du gouver­ne­ment de Vichy indique, à propos des soldats français d’Al­sace-Moselle, captu­rés puis libé­rés par les Alle­mands (en contre­par­tie d’une décla­ra­tion selon laquelle ils se recon­naissent « de sang alle­mand ») : « Les Alsa­ciens et Lorrains qui acceptent de signer la fameuse décla­ra­tion avec ce qu’elle implique pour eux de devoirs envers la « Patrie alle­mande », c’est-à-dire à servir éven­tuel­le­ment dans les armées du IIIe Reich, sont rassem­blés… ».

La France a donc incité ses compa­triotes alsa­ciens-mosel­lans à « se jeter dans la gueule du loup », sachant qu’il était fort possible que ces hommes soient enrô­lés dans la Wehr­macht.
Et l’ave­nir montrera, à la Libé­ra­tion, que les enga­ge­ments de la France en 1940 (« … il ne leur sera pas tenu rigueur… ») ne furent pas tenus lors de l’épu­ra­tion.

Colson 30.8.1940

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *