WAGNER Joseph

Commentaire (1) Avis de recherche, Liste des avis de recherche

 

 Je cherche à savoir ce qu’il est advenu de mon oncle Joseph Wagner, incor­poré de force mosel­lan.

Voici les rensei­gne­ments que je peux vous donner :

Joseph Domi­nique Marie WAGNER est né le 22 août 1923 à Metz. Il est décédé en 1944. Enrôlé de force dans l’ar­mée alle­mande, il est porté disparu à la fin de la guerre. Déclaré décédé en Rouma­nie, la date de décès est fixée au 30 septembre 1944 par un juge­ment décla­ra­tif de décès rendu le 30 juin 1956. Incor­poré dans la Wehr­macht et affecté à la 2. Stamm-Kp./Gren.Ers.Btl. 9  le 22 octobre 1942. Dernière muta­tion, le 22 décembre 1943 à la 6. Kp./Gren.Rgt. 667.

Mon père Paul Wagner disait qu’il était proba­ble­ment mort à Tambov. Une de mes cousines a pour sa part retrouvé une photo de lui sur laquelle figure l’an­no­ta­tion « Fusillé sur le front russe ». Tandis que sa mère a toujours cru qu’il était vivant.

Je tente d’en savoir plus car, si je suis de ce monde aujourd’­hui, c’est aussi grâce à Joseph, qui avait fina­le­ment aban­donné l’idée de déser­ter afin de proté­ger sa famille.

Merci d’avance pour toute aide.

Philippe Wagner

ph.wagner@ya­hoo.fr

 

Fiche du DRK trans­mise par Claude Herold qui nous signale que Joseph Wagner n’est pas réper­to­rié au VDK.

One Response to WAGNER Joseph

  1. G. Haenel dit :

    Quelques informations.
    Le régiment 667 appartenait à la 370ème division d’infanterie (370ID). En août 1944, cette division était rattachée à la nouvelle 6ème armée (celle reconstituée après Stalingrad) du Heeresgruppe Sudukraine, armée qui avait en charge de défendre la Bessarabie (aujourd’hui la Moldavie).
    La 370ID était basée sur le flanc gauche de la 6ème armée, près de la rive Est du Prut (affluant du Danube et frontière naturelle entre la Roumanie et la Bessarabie), non loin de Jassy en Roumanie où les Soviétiques percèrent le front le 20 août 1944. Au cours de la nuit du 23 au 24 août 1944, la 370ID traversa le Prut pour renforcer le système défensif allemand mais la supériorité des Soviétiques était telle que les unités allemandes furent obligées de battre en retraite. C’est au cours de ces combats que la 370ID fut quasi anéantie et que votre oncle décéda très certainement.
    Je peux aussi vous dire qu’il ne dispose pas de tombe dans un cimetière militaire allemand en Roumanie, ce qui veut dire que sa dépouille n’a pas été retrouvée.

    G. Haenel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *