OSTER Emile

Commentaire (0) Portraits de Malgré-Nous

 

jpg_oster_emile.jpgBûche­ron et tailleur de pierre (* Esch­bourg, Bas-Rhin, 26.1.1912). Marié à Lina Burkhal­ter (+ 1990); 1 garçon, Walter, et 1 fille, Christa (+ 1944).

Son parcours dans l’Ar­mée française se résume ainsi :

15.4.1933 Appelé au 73e RADC.

16.10.1933 Nommé 1ère Classe.

15.4.1934 Rayé des Contrôles.

24.9.1938 Rappelé (art .40).
11.10.1939 Renvoyé dans ses foyers.

25.8.1939 Rappelé et arrivé au corps – sergent.

25.6.1940 Démo­bi­lisé (Note 133926/PM/7B du 9.9.1950).

Il est incor­poré de force dans la Waffen-SS le 8.2.1944 : 3Kp / SS- Panz Gren Regt 4 « Der Fuhrer”/2.SS Panzer Divi­sion « Das Reich ». Son numéro d’iden­ti­fi­ca­tion de Panzer­gre­na­dier était : 167–3 /D.

Le 10 juin 1944, il a voulu sauver une jeune fille de l’église d’Ora­dour-sur-Glane.

Atteint au coeur par un éclat d’obus sur un passage à niveau à Grain­ville-sur-Odon (Calva­dos), il meurt sur le coup le 28.6.1944. Mais, d’après le témoi­gnage d’un cama­rade alsa­cien, il se serait suicidé.

Un certi­fi­cat du 4 septembre 1980 recon­nait offi­ciel­le­ment son incor­po­ra­tion de force. Il est « mort pour la France ».

« Oster Emile fait partie de ces dizaines de milliers de jeunes incor­po­rés de force qui symbo­lisent des années de souf­frances. Dispa­rus, oubliés, ils ne sont inscrits sur aucune tablette, sur aucune stèle, comme s’ils n’avaient jamais existé, sans que personne ne s’en émeuve. Le futur « Mur des Noms » dédié au quelques 40.000 « Malgré-Nous » tués ou portés dispa­rus leur offrira une petite place en terre natale et témoi­gnera de leurs exis­tences et leurs sacri­fices ». (Erica et Walter Oster, orphe­lins de « Malgré-Nous »).

Rensei­gne­ments trans­mis par Walter Oster, fils orphe­lin d’Emile Oster.

Fiche du Volks­bund aima­ble­ment commu­niquée par Claude Herold :

 Nach­name: Oster

Vorname: Emil

Dienst­grad: Grena­dier

Geburts­da­tum: 26.01.1912

Geburt­sort: Esch­burg

Todes-/Vermiss­ten­da­tum: 28.06.1944

Todes-/Vermiss­te­nort: Grain­ville, 18 km südwestl. Caen

Emil Oster ruht auf der Krieg­sgrä­berstätte in La Cambe (Fran­kreich).
Unter den Unbe­kann­ten.

Infor­ma­tion du Volks­bund trans­mise à Claude Herold (juin 2009):

Da jedoch genauere Anga­ben zum Zahn­bild nicht mehr möglich sind und
durchaus die Mögli­ch­keit besteht, dass sich die ster­bli­chen Über­reste des
Herrn Emil Oster auch unter den untrenn­bar und zerstör­ten Gebei­nen aus
Grain­ville-sur-Odon befin­den könn­ten, kann der auf dem deut­schen
Solda­ten­fried­hof LA CAMBE im Block 49 – Reihe 1 – Grab 40 a ruhende
unbe­kannte Gefal­lene mit der Umbet­tungs-Nr. 15156 nicht iden­ti­fi­ziert
werden.

jpg_Oster_Emile_tombe_web.jpg

Photo N. Mengus

Les commentaires sont fermés.