« In Memo­riam », un poignant hommage aux incor­po­rés de force

Commentaire (1) Actualité

 

Hale­tant, le rythme. Conti­nue, la tension. Perma­nente, l’an­goisse. Images fortes, dialogues essen­tiels et sans bavar­dage, musique épou­sant le rythme des scènes qui se succèdent sans pause…Le drame de l’in­cor­po­ra­tion de force a trouvé son support ciné­ma­to­gra­phique. Enfin.

Salle comble lundi 25 mars dans une salle du complexe UGC. Le public, plutôt jeune, est venu après avoir réservé par mail. Et à la fin, après près de deux heures éprou­vantes passées dans la peau d’un Malgré-Nous, plusieurs secondes de silence. Sonnés, les spec­ta­teurs se ressai­sissent pour applau­dir l’équipe à l’ori­gine du film. Benja­min Stein­mann, le scéna­riste et réali­sa­teur, bien sûr, mais aussi les fabu­leux acteurs : Jona­than Schu­ler, Julien Leinin­ger, Elodie Blatt­ner et Marco Motz. Sans oublier les autres évidem­ment (les soldats améri­cains par exemple) et Jean-François Bilger dont le rôle, essen­tiel, fut de dispen­ser des conseils et de four­nir des tenues mili­taires à travers l’as­so­cia­tion « Weit­bruch libéré ».


Comment un tel film est-il né ? Benja­min Stein­mann explique avoir écrit le synop­sis à 12 ans, réuni 5000 euros et surtout des amis d’en­fance. Le tour­nage a duré deux ans en pleine nature, forêts vertes et épisodes neigeux. Un film brutal comme la guerre, sensible comme un homme, égaré entre des flash back en Alsace et le présent. Ils commu­niquent comment, ces soldats désem­pa­rés ? En alsa­cien du nord ou du sud, en français voire en alle­mand. Le person­nage prin­ci­pal, c’est un de ces déser­teurs alsa­ciens qui furent nombreux à tenter d’échap­per des griffes du monstre nazi… Mais d’ailleurs déser­ter d’une armée qui vous a illé­ga­le­ment incor­poré par la force, est ce vrai­ment déser­ter ou plutôt s’éva­der ?

Un film à voir en tout cas, par hommage à ces dizaines de milliers de fils ou pères, maris ou fian­cés, enrô­lés par un pouvoir inique puis oubliés voire calom­niés par la France dont ils étaient pour­tant les enfants.

Projec­tion gratuite samedi 6 avril à 20h au Mille­nium à Weit­bruch, sur réser­va­tion auprès de jf.bilger@o­range.fr

One Response to « In Memo­riam », un poignant hommage aux incor­po­rés de force

  1. Bonjour,

    Il semble que l’adresse jf.bilger@o­range.fr ne soit pas valide ?

    Bien à vous,

    Jean-Philippe Senn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *