OBERLE Lucien

Commentaire (1) Avis de recherche, Liste des avis de recherche

 

Soldat français en 39–40, Lucien Oberlé habi­tait 25 rue de Saverne, à Schil­ti­gheim, au moment de la mobi­li­sa­tion de 39.  Un docu­ment alle­mand, qui date de juillet ou août 1940, dres­sant une liste de 14 prison­niers de l’oflag II D,  indique cette adresse. Cette liste est consti­tuée d’Al­sa­ciens ou de Mosel­lans. Un second docu­ment est une copie des archives du SHD de CAEN suivant laquelle il faisait partie du 148e régi­ment de tanks, qu’à l’oflag il avait le matri­cule  28 566, qu’il a été muté à l’hei­lag V C le 07/09/1940 en vue d’être rapar­trié enFrance (comme Alsa­cien, je présume), mais qu’il a été trans­féré au stalag II E (ainsi que trois autres prison­niers de l’oflag II).

Je présume que tous les quatre ont refusé d’adop­ter la natio­na­lité alle­mande en arri­vant à l’hei­lag V C .

J’au­rais aimé avoir une confir­ma­tion (ou une infir­ma­tion) de mes suppo­si­tions, afin de préci­ser le parcours de cet homme que mon beau-père a connu en capti­vité.

D’après la Région Alsace, on perd sa trace à comp­ter du 16.3.1944. Sa FPN indique qu’il appar­te­nait à la 3e compa­gnie du Grena­dier-Regi­ment 514. Il a donc fina­le­ment été enrôlé de force dans l’ar­mée alle­mande.

Merci pour toute aide ou rensei­gne­ments complé­men­taires.

 La liste est peut-être celle d’Al­sa­ciens ou de Mosel­lans rete­nus pour être trans­fé­rés à l’Hei­lag V C en vue d’être rapa­triés, ce que 8 ou 10 d’entre eux ont refusé.

Jean Le Roux

jean.leroux@­club-inter­net.fr

One Response to OBERLE Lucien

  1. schmitter dit :

    Pour pouvoir être rapatrié en Alsace (Et non pas en « Vieille France »), encore fallait -il avoir signé une déclaration qu' »on » se reconnaissait comme Alsacien de souche allemande. Adopter la nationalité allemande n’a jamais constitué un préalable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *