77e anni­ver­saire de l’in­cor­po­ra­tion de force

Commentaire (0) Actualité

 

Dimanche 25 août, sous le ciel bleu au dessus de la croix du Mont Natio­nal à Ober­nai et au pied de laquelle quatre gerbes de fleurs ont été dépo­sées, la céré­mo­nie rappe­lant le funeste décret insti­tuant l’in­cor­po­ra­tion de force dans l’ar­mée alle­mande de 142 500 Alsa­ciens-Mosel­lans, jeunes hommes et jeunes femmes, il y a 77 ans a réuni des dizaines de personnes. A l’ini­tia­tive de l’ADEIF, de nombreux porte-drapeaux et repré­sen­tants d’as­so­cia­tions patrio­tiques dont le Souve­nir Français ont compensé l’ab­sence d’élus à l’ex­cep­tion de Pierre Schmitz, adjoint au maire d’Ober­nai.

Celui-ci a pris la parole pour saluer la mémoire des fils, frères, pères, maris ou amis morts tragique­ment pour une cause qui n’était pas la leur. Le chanoine Aloyse Kief­fer, l’un de ces incor­po­rés de force présents comme René Gall, président dépar­te­men­tal de l’ADEIF, a évoqué la croix d’Ober­nai « enfon­cée en terre d’Al­sace pour rappe­ler le malheur et l’injus­tice » puis remer­cié les membres de familles « porteurs de mémoire ». Parmi ceux ci, deux orphe­lins, Gérard Michel pour l’OPMNAM, Jean Georges Roeser, délé­gué des Fils des Tués. Le premier a lu avec émotion la lettre d’adieu de Raymond, jeune condamné à mort par les nazis pour tenta­tive d’éva­sion tandis que le second chan­tait un poème poignant composé par lui-même en hommage à son père. Chris­tine Roegel, fille du Pr. Roegel récem­ment décédé, a rappelé l’épo­pée des 1500 prison­niers de Tambov, libé­rés du camp le 7 juillet 1944 pour rejoindre les Alliés et qui ont ensuite pris part au Débarque­ment de Provence dont le 75e anni­ver­saire vient d’être commé­moré. Elle a relevé une coïn­ci­dence, à savoir que la libé­ra­tion de Paris, le 25 août 1944, était inter­ve­nue deux ans exac­te­ment après le décret nazi insti­tuant l’in­cor­po­ra­tion de force de milliers de jeunes Français d’Al­sace et de Mosel­le…

M.G-L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *