QUAND LES VAINCUS SE MUENT EN JUSTICIERS, par Renée Baudot

Commentaires (3) Billet d'humeur

 

Par la presse (Figaro du 20.10.2019), nous avons appris que l’Al­le­magne veut juger pour crime contre l’hu­ma­nité deux Syriens, incon­nus du grand public, arrê­tés sur son terri­toire.

 

Cette nouvelle est surpre­nante. Comment l’Al­le­magne, qui n’a pas apuré son passé – le passé nazi ne passe pas -, peut-elle envi­sa­ger de juger les crimi­nels de guerre d’un autre pays ?

Aux lende­mains de la Deuxième Guerre mondiale, le Tribu­nal mili­taire inter­na­tio­nal de Nurem­beg a jugé les prin­ci­paux crimi­nels de guerre nazis, douze d’entre eux furent condam­nés à mort et exécu­tés. Certains préve­nus réus­sirent à échap­per à la peine capi­tale, par exemple :

  • Baldur von Schi­rach avait mis son talent au service du nazisme pour perver­tir la jeunesse  à la direc­tion des Jeunesses hitlé­riennes. Sa mère étant issue d’une riche et puis­sante famille améri­caine, les Améri­cains le proté­gèrent et le sauvèrent.
  • Franz von Papen, ancien chan­ce­lier du Reich, ancien président du parti du Zentrum, a béné­fi­cié de la protec­tion du Vati­can.

Il y eut un total de 3356 condam­na­tions. Au plus fort de la guerre, il y avait plus de mille géné­raux. Combien d’entre eux ont respecté les us et coutumes de la guerre ? Il est diffi­cile de le savoir, mais il est permis de s’in­ter­ro­ger.  Si le Tribu­nal de Nurem­berg a eu ses lacunes et ses zones d’ombre, il a eu le mérite d’exis­ter.

 

Soixante-quinze ans ont passé. L’Al­le­magne vain­cue et réduite en cendres en 1945 a reconquis sa place au soleil. Elle domine l’Eu­rope par sa puis­sance écono­mique et impose son point de vue à la poli­tique euro­péenne. Nos prési­dents de la Répu­blique vont se faire adou­ber à Berlin. Si, à l’Ouest, les diri­geants des autres pays acceptent cette situa­tion, il n’en est pas de même dans les pays de l’Est euro­péen qui n’ont pas oublié que les nazis ont mis l’Eu­rope à feu et à sang. 

 

Juger et répri­mer les crimes de guerre et les crimes contre l’hu­ma­nité commis dans d’autres pays relève de la compé­tence de la Cour pénale inter­na­tio­nale de La Haye. 

En revanche, l’Al­le­magne possède le tribu­nal de Ludwig­sburg dédié à la pour­suite des crimes du nazisme. Ce tribu­nal est connu du grand public pour traduire en justice les anciens gardiens des camps de l’Est, souvent des Ukrai­niens, des vieillards nona­gé­naires et graba­taires. Plutôt que de s’oc­cu­per des crimes commis dans un autre pays, le gouver­ne­ment de la RFA a le devoir moral de recon­naître le crime contre l’hu­ma­nité commis par les nazis à l’en­contre des incor­po­rés de force

L’Al­le­magne doit faire son « COMING-OUT JUDICIAIRE » sinon elle perdra toute crédi­bi­lité sur le plan euro­péen et inter­na­tio­nal. 

 En conclu­sion, je rappel­le­rai un proverbe oublié, ce qui n’en­lève rien à sa perti­nence : « Quand le diable vieillit, il se fait capu­cin ». 

Je signale égale­ment à l’at­ten­tion des lecteurs la dernière page du récent numéro de la revue Frie­den (02/2019) édité par le Volks­bund inti­tu­lée : « Frie­den braucht Mut ». Il est certain que le courage fait défaut aux respon­sables du gouver­ne­ment de la RFA pour assu­mer leur histoire et en tirer les consé­quences qui s’im­posent.

 

Renée Baudot 

 

 

 

 

 

 

 

3 Responses to QUAND LES VAINCUS SE MUENT EN JUSTICIERS, par Renée Baudot

  1. matter dit :

    très bien écrit l/Allemagne doit reconnaitre le crime contre l humanité commis par les Nazis à l /encontre des incorporés de force.

  2. .Geiger dit :

    Comment l’Al­le­magne, µ peut-elle envi­sa­ger de juger les crimi­nels de guerre d’un autre pays ? cest l’obligation d’un état de juger les auteurs de cimes contre l’humanité arrêtés sur son territoire. Le baratin anti-allemand est superflu (…Elle domine l’Eu­rope par sa puis­sance écono­mique et impose son point de vue à la poli­tique euro­péenne. Nos prési­dents de la Répu­blique vont se faire adou­ber à Berlin. Si, à l’Ouest, les diri­geants des autres pays acceptent cette situa­tion….).

  3. Klemmerich dit :

    Très bon article, félicitations !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *