Les « Malgré-Nous » sur le site Mémoire des Hommes – Lien et infor­ma­tion trans­mis par Serge Amorich

Commentaire (0) Actualité

 

https://www.memoi­re­des­hommes.sga.defense.gouv.fr/fr/article.php?laref=1615&titre=les-malgre-nous-sont-en-ligne-

Infor­ma­tions publiées sur le site www.memoi­re­des­hommes.sga.defense.gouv.fr :

————————————-

Par un décret du 25 août 1942, les jeunes Alsa­ciens furent contraints d’ef­fec­tuer leur service mili­taire dans l’ar­mée alle­mande, il en allait de même depuis quelques jours pour les Mosel­lans. Défiant les terribles repré­sailles exer­cées en cas de capture, jusqu’à fin 1942, 12 000 jeunes gens prirent la fuite. D’autres recrues qui refu­sèrent de porter l’uni­forme alle­mand furent emme­nées en redres­se­ment dans le camp de sécu­rité de Schir­meck. Cette répres­sion extrê­me­ment brutale inci­tèrent la plupart des malgré-nous à se rési­gner et répondre à l’ordre d’ap­pel. Ainsi, plus de 103 000 Alsa­ciens et 31 000 Mosel­lans se retrou­vèrent incor­po­rés de force. La plupart des malgré-nous furent affec­tés dans la Wehr­macht, mais de nombreuses classes furent versées d’au­to­rité dans la Waffen-SS dont les divi­sions comp­taient de nombreuses pertes lors des combats.

Selon certains histo­riens, 24 000 malgré-nous sont morts au front, 16 000 en capti­vité dont envi­ron 3 à 6 000 au camp de Tambov.

La base de données ne reporte ici que les infor­ma­tions issues des fiches nomi­na­tives compor­tant les données liées à l’état-civil de la personne et à l’at­tri­bu­tion ou non de la mention « mort pour la France ». Des dossiers indi­vi­duels de régu­la­ri­sa­tion d’état-civil suivis de l’ins­truc­tion d’une demande d’at­tri­bu­tion de la mention « mort pour la France » des Incor­po­rés de force sont conser­vés au Service Histo­rique de la Défense à Caen sous la cote AC 21 P 209813 à AC 21P 24120. On y trouve des docu­ments d’état civil, de la corres­pon­dance admi­nis­tra­tive et de la corres­pon­dance fami­liale des actes de décès en Alle­mand et en Français, parfois des photo­gra­phies…
Cette base, qui recense près de 31 000 noms, a une visée histo­rique et non mémo­rielle et ne prétend pas à l’ex­haus­ti­vité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *