ROTH Michel Ernest

Commentaire (1) Portraits de Malgré-Nous

 

jpg_Michel_Roth.jpg(* Eckwer­sheim, Bas-Rhin, 31.10.1914). Marié à Marthe Hein­rich, rema­riée Warren ; un fils : Gilbert Roth (* Stras­bourg 23.4.1941). Incor­poré de force le 21.12.1943 (n° d’in­cor­po­ra­tion : 5523) dans l’Inf. Pio. Ersatz und Ausbil­dungs Komp. 211. Sa dernière adresse au 8.11.1944 à Altdin­ge­lau : Siche­rungs-Battal­lion 1223 (O) 2° Komp : Inster­burg (Ost-Preußen) FPN : 40454C.

Il a été été aperçu la dernière fois avec son unité, le 6.2.1945 dans le village du nom de Schwetz (Swie­cie), prés de Thorn (Torun). Altdin­ge­lau se trouve dans le Land­kreiss Ange­rapp, entre Gumbin­nen et Goldap, et s’ap­pelle Borok en Russe (Inster­burg = Cher­nya­kovsk).

Le nom de Michel Roth figu­rait sur une liste de l’Hô­pi­tal des PG de Sighet (Rouma­nie) début 1946, mais sans autre confir­ma­tion ou rensei­gne­ments sur la personne. Le régi­ment était origi­naire de Herford (West­fa­len).

Rensei­gne­ments trans­mis par Michel Roth, neveu du disparu.

* La fiche du Volks­bund nous a été aima­ble­ment commu­niquée par Claude Herold :

 Nach­name: Roth

 Vorname: Michel

 Dienst­grad:

 Geburts­da­tum: 31.10.1914

 Geburt­sort: Eckwer­sheim

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum:

 Todes-/Vermiss­te­nort: Thorn

Nach den uns vorlie­gen­den Infor­ma­tio­nen ist die o. g. Person seit vermißt.

* A propos du Siche­rungs-Bataillon 1223 (O)

Feld­post­num­mern ab dem 10. August 1944: Die Einheit wurde in der Feld­postü­ber­sicht nie gestri­chen.

Einheit Feld­post­num­mer
Stab 40454 A
1. Kompa­nie 40454 B
2. Kompa­nie 40454 C
3. Kompa­nie 40454 D
4. Kompa­nie 40454 E

Das Bataillon wurde aus Ohren­kran­ken zu 4 Kompa­nien aufges­tellt. Das Bataillon wurde nach der Aufstel­lung nach Osten verlegt. Dort wurde das Bataillon in Russ­land der Heeres­gruppe Mitte unters­tellt. Im Januar 1945 erlitt das Bataillon beim Einsatz in Thorn starke Verluste. Es hatte 178 Vermisste zu verzeich­nen. Danach wurde das Bataillon offi­ziell aufgelöst.

One Response to ROTH Michel Ernest

  1. Roth dit :

    Bonjour. Une lueur d’espoir vient de me parvenir, par un courrier du Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge, que des ouvriers Polonais, en creusant le sol ont découvert environ 3000 victimes de la guerre , à Thorn. Un premier travail a consisté à mettre ces dépouilles dans des cercueils individuel, numérotés, afin de pouvoir commencer l’identification de chaque victime. Mon oncle était à Thorn en 1945 et c’est là-bas qu’on a perdu sa trace. J’ai bon espoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.