EINHORN Marcel Raymond – d’après les docu­­ments du PAVCC trans­­mis par Claude Herold

Commentaire (0) Liste des non rentrés, Portraits de Malgré-Nous

 

Né à Stras­bourg le 16.12.1923.

FPN 26560 A.

Mort entre le 25.7 et le 27.7.1944, entre Athènes et l’île de Rhodes (avion abattu).

Erich Dieterle, de Pflaz­gra­fen­wei­ler, témoigne en 1950 : il a été incor­poré à Zuffen­hau­sen, près de Stutt­gart, en même temps que Einhorn. Ils ont inté­gré le 22.6.1943 la Nachrich­ten­zug de la Panzer-Aufklä­rung­sab­tei­lung 999 et envoyés sur l’île de Rhodes. Début 1944, Einhorn – qui servait d’or­don­nance au Leut­nant Brink­mann, Zugfüh­rer de leur Nachrich­ten­zug, a obtenu une permis­sion. Il ne l’a plus revu après. D’après ce qu’il sait, il a disparu avec l’avion qui le trans­por­tait avec d’autres permis­sion­naires, dont leur Komman­deur, le Ritt­meis­ter Schutt, depuis Athènes vers l’île de Rhodes.

Il se souvient de deux autres Alsa­ciens : Georges Croni­mus, sous-offi­cier, habi­tant à Offwiller, et Charles Eschen­lauer, capo­ral-chef, rési­dant à Souf­flen­heim, et cite trois autres cama­rades alle­mands.

Gerhard Brückel, de Ludwig­sburg, témoigne en 1950 : il a vu Einhorn pour la dernière fois en juillet 1944, au sein de la Panzer-Aufklä­rung­sab­tei­lung 999 de la « Sturm­di­vi­sion Rhodos » sur l’île de Rhodes. Brückel est ensuite envoyé en permis­sion. A son retour en Grèce, il est resté à Athènes où les permis­sion­naires sont rassem­blés en vue de la retraite. Einhorn ne figure pas sur la photo des soldats de la divi­sion faite à Athènes avant leur départ à l’au­tomne 44.

Ils étaient sous le comman­de­ment du Leut­nant Brink­mann. Avec eux se trou­vaient envi­ron 5 Alsa­ciens-Lorrains, dont un nommé Eschen­hauer (proba­ble­ment iden­tique à Charles Eschen­lauer déjà cité). Il nomme aussi trois cama­rades alle­mands, dont l’un d’eux a été capturé par les Anglais et trans­féré en Egypte.

Mort pour la France (1950).

Il n’est pas réper­to­rié au VDK.

 

  • Rensei­gne­ments sur diffé­rents alsa­ciens-lorrains dont les iden­ti­tés ne sont pas toujours connues (l’un d’eux a épousé une Russe de Smolensk, d’autres sont en capti­vité à Smolensk et à Tiflis). Ceux dont on connaît le nom de famille sont : Faust, de Metz, Eric Hoehn (Alsa­cien) et Marcel Einhorn, Charles Kaiser, de Berg­bronn, Albert Horn, de Creutz­wald.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.