HEIM Joseph

Commentaire (0) Avis de recherche, Liste des avis de recherche, Liste des non rentrés

 
 Joseph Heim est né le 25.03.1922 à Saes­sol­sheim, sa commune de rési­dence au moment de l’in­cor­po­ra­tion de force était Saes­sol­sheim. Il est décédé le 10.03.1944, d’une balle dans le ventre, à 3 km à l’ouest d’une commune déno­mée Sorja. Il faisait alors partie du 4e Schwa­dron de la 97e Aufklä­rung­sab­tei­lung (Ersatz-Trup­pen­teil : Aufklä­rungs-Ersatz-Abtei­lung 7, Augsburg). Sorja/Zorya est actuel­le­ment un hameau de 25 personnes en Ukraine dans la région de Myko­laiv.
La famille n’a jamais fait de recherches autour de Joseph, le trau­ma­tisme à l’époque a été trop fort. L’acte de décès français offi­ciel de Joseph a été dressé seule­ment en 1947, il n’est sur aucune liste offi­cielle des Malgré-Nous en France (sauf la liste dispo­nible auprès des archives de Caen, mais elle a été dres­sée auto­ma­tique­ment grâce à l’acte de décès). Il n’est réper­to­rié non plus nulle part en Alle­magne (Croix rouge alle­mande ainsi que le Volks­bund).
Nous avons appris courant décembre qu’un dénommé Monsieur Meyer, de Rique­wihr, a enterré Joseph par lui-même en Ukraine. Les parents de Joseph ont reçu une lettre de cette personne après la guerre, malheu­reu­se­ment cette lettre est aujourd’­hui introu­vable. La soeur de Joseph (Elise Heim) qui possède encore une excel­lente mémoire se souvient que ce Monsieur Meyer a enterré Joseph à côté de la rivière Inhou­lets (elle se souve­nait du nom exact). La rivière Inhou­lets est la rivière à l’est de Sorja sur la carte d’époque jointe. Joseph était blessé, ce monsieur Meyer l’a trans­porté dans une char­rette jusqu’à l’hô­pi­tal. Joseph est malheu­reu­se­ment mort en route et monsieur Meyer l’a enterré au bord de la rivière. Il n’a pas mis de croix à l’époque et a enterré Joseph seul.
J’ai contacté la Société d’His­toire et d’Ar­chéo­lo­gie de Rique­wihr qui est en train de cher­cher de quel Meyer il s’agit (il y en a eu trois rentrés de la guerre, Emile, Arnaud et Albert). Ils sont malheu­reu­se­ment déjà tous les trois morts. J’ai aussi essayé de loca­li­ser l’hô­pi­tal de l’époque (qui devait plutôt être un campe­ment hospi­ta­lier), sans succès jusqu’à présent.
Nous aime­rions pouvoir retrou­ver sa tombe avec l’aide du Volks­bund pour lui donner une sépul­ture décente.
Merci par avance pour tout conseil et toute aide concer­nant notre recherche,
Blan­dine Wolff et Marion Jochen – wolff­blan­di­ne@ya­hoo.fr
* FICHE DU PAVCC DE CAEN trans­mise par Claude Herold :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.