OHL René Adolphe

Commentaire (0) Liste des avis de recherche

 

Je fais des recherches sur mon parent René Adolphe OHL, né le 06.01.1910 à Erstein (Bas-Rhin).
Il a été mobi­lisé en 1940 dans les rangs français, puis a vécu la déroute. Son registre matri­cule s’ar­rête là.
Il serait descendu dans le Sud, aurait stationné à Grenoble en 1940 et 1941. Aurait pris contact avec la commis­sion alle­mande d’ar­mis­tice (à Toulon ?) pour pouvoir rega­gner l’Al­sace. Aurait accepté la surveillance marine au titre du SD. A été condamné le 30.12.1941, juste­ment pour trahi­son, à 20 ans de travaux forcés par le Tribu­nal mili­taire de Marseille. Le commis­saire Philippi l’au­rait arrêté.
Puis je crois devi­ner que les Alle­mands l’au­raient fait trans­fé­rer à Paris pour le remettre sous leurs ordres rapi­de­ment.
Il serait revenu au service de l’Al­le­magne à Château­roux (1942/1943 ?), puis à Limoges à partir de 1944 jusqu’en 1945, date à laquelle il se serait rendu en Alle­magne pour un ou deux trimestres.
Puis je retrouve sa trace quand il est incar­céré à Limoges, jugé et condamné à la peine de mort en mai 1946. Il a été fusillé en août 1946.
Aupa­ra­vant, il avait déposé en tant que témoin, le 10.7.1946, dans le cadre de l’enquête menée sur le drame d’Ora­dour-sur-Glane (mention dans Entre deux fronts, t.1, p. 131, n.8).

Aujourd’­hui je sais où, quand, comment et pourquoi il est mort et où il repose. C’est par le « Jour­nal du Centre » de Limoges que j’ai pris connais­sance du procès avec son verdict fatal.
Nous avons pu nous procu­rer, à Le Blanc, l’ex­trait du premier juge­ment en date du 30.12.1941. Nous avons égale­ment celui du second du 28 mai 1946. Nous avons demandé l’ac­cès excep­tion­nel aux archives du procès de Limoges : j’au­rais peut-être des réponses à certaines de mes ques­tions, par exemple si les accu­sa­tions étaient fondées.

Je n’ar­rive pas à poin­ter du doigt son enga­ge­ment, sa philo­so­phie, son civisme, la hauteur de son impli­ca­tion (il semble­rait qu’il ait exercé des fonc­tions de respon­sa­bi­lité en tant que sous offi­cier chef de groupe ou chef de section) durant cette période très mouve­men­tée.

Merci pour toute aide pour en savoir plus,

Guy Brun

 Cour­riel : brn.nico­le@­wa­na­doo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *