A la recherche de SCHOEN Henri

Commentaire (0) Mémoire

 

SCHOEN_Henri_DRK.jpg Je suis à la recherche de tout rensei­gne­ment sur mon oncle Henri Schoen né le 13.2.1925 à Burn­haupt-le-Haut (Haut-Rhin). Il est décédé le 8.8.44 en Letto­nie (région de Gulbene) et appar­te­nait à la 3e compa­gnie du Grena­dier Regi­ment 176.

D’après le Krieg­sgrä­berfür­sorge, il serait décédé dans les envi­rons de Gulbene (Schwa­nen­burg). Ma mère m’a toujours parlé d’un lieu qui s’ap­pel­le­rait « Gut Otte » et cela est confirmé par le Krieg­sgrä­berfür­sorge (lettre de 1998): ein « Gut Otto » ist als Grabla­geort in unse­rem Gräber­nach­weis erfasst, es liegt ca. 20km Nordöst­lich von Gulbene. J’ai effec­ti­ve­ment trouvé près de Gulbene (au NE, 19,6km) un lieu qui s’ap­pelle Ottes.

Je cherche à savoir si d’autres incor­po­rés de force ont fait partie de ce régi­ment et à retra­cer le parcours de cette compa­gnie dans les jours précé­dant et suivant la date présu­mée du décès de mon oncle, le 8 août 1944.

Merci pour tout rensei­gne­ment

Chris­tine Meyer

 Cour­riel : mcmeyer68@­hot­mail.fr

* Fiches – dont la seconde a été mise à jour – du Volks­bund trans­mise par Claude Herold :

 Hein­rich Schoen wurde noch nicht auf einen vom Volks­bund errich­te­ten Solda­ten­fried­hof überführt.

 Nach den uns vorlie­gen­den Infor­ma­tio­nen befin­det sich sein Grab derzeit noch an folgen­dem Ort: Gulbene – Lettland

 Der Volks­bund ist bemüht, auf der Grund­lage von Krieg­sgrä­be­rab­kom­men die Gräber der deut­schen Solda­ten zu finden und ihnen auf Dauer gesi­cherte Ruhestät­ten zu geben. Wir hoffen, in nicht allzu ferner Zukunft auch das Grab von Hein­rich Schoen zu finden und die Gebeine auf einen Solda­ten­fried­hof überfüh­ren zu können.

 Nach­name:
Schoen

 Vorname:
Hein­rich

 Dienst­grad:
Grena­dier

 Geburts­da­tum:
13.02.1925

 Geburt­sort:
Ober­burn­haupt

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum:
08.08.1944

 Todes-/Vermiss­te­nort:
b.Schwa­ne­burg

 Hein­rich Schoen

 Hein­rich Schoen ruht auf der Krieg­sgrä­berstätte in Riga Beber­beki.

 Endgra­blage: Block 5 Reihe 18 Grab 289

 Name und die persön­li­chen Daten des Oben­ge­nann­ten sind auch im Gedenk­buch der Krieg­sgrä­berstätte verzeich­net.

 Nach­name:
Schoen

 Vorname:
Hein­rich

 Dienst­grad:
Grena­dier

 Geburts­da­tum:
13.02.1925

 Geburt­sort:
Ober­burn­haupt

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum:
08.08.1944

 Todes-/Vermiss­te­nort:
b.Schwa­ne­burg

A la recherche de Henri Schoen

Cet avis de recherche (merci à Mr Mengus pour ses précieux conseils) pour mon oncle Schoen Henri, bien que n’ayant pas reçu de réponse directe, a été l’élé­ment déclen­cheur d’un bel abou­tis­se­ment.

Dans un premier temps, j’ai contacté un maxi­mum d’or­ga­nismes (le BAVCC en France; le Volks­bund, le Deutsche Diens­telle et la Croix-Rouge en Alle­magne), j’ai posté des messages sur un forum alle­mand.
La réponse du BAVCC (contre une petite contri­bu­tion aux frais) conte­nait des copies de docu­ments tels que la lettre qui infor­mait les parents du décès, les certi­fi­cats de décès, les mentions « mort pour la France ».

Lors de mon voyage en Letto­nie, longue­ment préparé à la maison, à l’aide de cartes actuelles et de cartes d’état-major trou­vées sur inter­net, j’ai décou­vert l’en­droit où Schoen Henri est décédé, ce fameux « Gut Otte » dont j’en­ten­dais parler depuis mon enfance.

Malheu­reu­se­ment à ce moment là, confiante dans les affir­ma­tions du Volks­bund Deutsche Krieg­sgrä­berfür­sorge, je pensais que mon oncle n’avait pas de sépul­ture.

Début août, un cour­rier du Deutsche Diensts­telle, me donnait la fiche Wast mais aussi m’in­for­mait que mon oncle avait une sépul­ture et que lors d’une exhu­ma­tion, un cruci­fix avait été retrouvé sur lui.

Depuis la paru­tion des articles dans le jour­nal L’al­sace et dans l’Ami Hebdo, quelques personnes ont pris contact avec moi.

Samedi dernier, grâce aux photo­gra­phies prises au cime­tière de Valka (lieu où est enterré Johann Meyer oncle de mon mari), j’ai pu retrou­ver, un des soldats recher­ché par sa famille.

Sans affir­mer que toutes les recherches peuvent abou­tir, je veux redon­ner un petit espoir à tous ceux qui liront ce message.
Il faut écrire et encore et encore, des lettres, des emails.
N’hé­si­tez pas à insis­ter.

Lors d’un prochain voyage en Letto­nie, j’irai dépo­ser des bouquets sur les tombes de quelques soldats enter­rés à Riga Beber­be­cki. C’est une démarche que je vais faire volon­tiers en y mettant tout mon coeur et ma compas­sion.

N’hé­si­tez pas à me contac­ter si je peux vous être utile dans vos recherches.

Chris­tine Meyer
mcmeyer68@­hot­mail.fr

Vous trou­vez aussi bien sûr ces orga­nismes sur inter­net, mais voici leurs adresses postales:

 Deutsches Rotes Kreuz

 Gene­ral­se­kre­ta­riat

 Such­dienst-Stan­dort München

 Chiem­gaustr. 109

 81549 München

 Bureau des archives des victimes des conflits contem­po­rains – Rue Neuve Bourg l’Abbé – B.P. 552 – 14037 CAEN Cedex

 Deutsche Diensts­telle (WASt)

 Eich­born­damm 179, 13403 Berlin Deut­schland

SCHOEN_Henri_tombe_1.jpgSCHOEN_Henri_tombe_2.jpg
Ci-dessus : Le cime­tière de Riga-Beber­be­cki où repose Henri Schoen, mais aussi Pros­per Erb et Jean Oehler. Lors de notre dépla­ce­ment en 2012, pour chacun des bouquets dépo­sés, nous avons, à l’aide de mon bala­deur, fait réson­ner la Sonne­rie aux Morts et la Marseillaise. Pour mon oncle, Henri Schoen, j’ai aussi lu quelques prières. Il repose dans cette immense clai­rière! Muni du plan fourni par le Vollks­bund, nous avons mesuré les distances et avons trouvé l’en­droit, certes approxi­ma­tif car les tombes sont placées en demi-cercle, où il a été enterré. (Photos Chris­tine Meyer)

tombe_schoen_henri.jpg
tombe_Henri_Schoen.jpg
Ci-dessus : la tombe de Henri Schoen après les travaux du VDK de l’été 2013.

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *