FOLZ Frédé­ric, Emile et le tout jeune Eugène : trois frères morts à la guerre

Commentaire (0) Portraits de Malgré-Nous

 

La chro­nique fami­liale compo­sée par Jean Gottar (en pièce jointe) permet de se rendre compte, au travers du vécu de la famille Folz, de la complexité de la situa­tion en Alsace pendant la Seconde Guerre mondiale.

FOLZ_Frederic_Emile_et_Eugene.jpg

A gauche Frédé­ric, dit Fritz, né en 1917, engagé dans les Waffen SS et tué à Kiev en Russie en 1942. Au centre Emile né en 1926, incor­poré de force, mort dans un bombar­de­ment en Norman­die en 1944. A droite Eugène né en 1928, incor­poré dans le Reich­sar­beits­dienst deux jours avant la libé­ra­tion de Stras­bourg, décédé suite à manque de soins près de Berlin en janvier 1945.

Je me souviens de ces trois photos qui se trou­vaient dans un cadre oval que ma grand-mère regar­dait plusieurs fois par jour en disant « Meine Buwe, meine Buwe ! » ( Mes garçons, mes garçons ! ).

Extrait du témoi­gnage de Maurice Freiss, compa­gnon d’Eu­gène

« La famille Folz, d’ori­gine alle­mande, est arri­vée à Mertz­willer en 1925, recru­tée par les usines de Dietrich qui manquaient alors de main d’œuvre.

Le père est décédé à l’âge de 43 ans, quelques jours avant la nais­sance de son dernier fils, Eugène. Il lais­sait derrière lui une veuve et huit enfants. De quoi devait vivre cette famille ?

Eugène Folz, garçon calme et discrèt fut incor­poré de force dans le « Reich­sar­beits­dienst », deux jours avant la libé­ra­tion de Stras­bourg ! Peu après Mertz­willer deve­nait un champ de bataille.

La classe 1928 compre­nait une tren­taine de garçons. Seuls 5 d’entre eux furent incor­po­rés dont Eugène et moi-même. Comment avait été fait ce choix ?

Notre section se compo­sait unique­ment de jeunes Malgré-Nous origi­naires de la région. Nous étions les plus jeunes incor­po­rés de force d’Al­sace.

Vers la fin décembre, Eugène me monta son pied malade, plein de plaies puru­lentes. Son état de santé s’est aggravé et il est décédé le 23 janvier 1945.

De retour à Mertz­willer, j’ai apporté la triste nouvelle à sa mère éplo­rée qui avait perdu trois fils durant cette guerre ! »

* Fiches du Volks­bund trans­mises par Claude Herold:

 Frie­drich Wilhelm Folz wurde noch nicht auf einen vom Volks­bund errich­te­ten Solda­ten­fried­hof überführt.

 Nach den uns vorlie­gen­den Infor­ma­tio­nen befin­det sich sein Grab derzeit noch an folgen­dem Ort: Stepa­nowka / Poltawa – Ukraine

 Der Volks­bund ist bemüht, auf der Grund­lage von Krieg­sgrä­be­rab­kom­men die Gräber der deut­schen Solda­ten zu finden und ihnen auf Dauer gesi­cherte Ruhestät­ten zu geben. Wir hoffen, in nicht allzu ferner Zukunft auch das Grab von Frie­drich Wilhelm Folz zu finden und die Gebeine auf einen Solda­ten­fried­hof überfüh­ren zu können.

 Nach­name:
Folz

 Vorname:
Frie­drich Wilhelm

 Dienst­grad:
Sturm­mann

 Geburts­da­tum:
17.08.1917

 Geburt­sort:
Kaisers­lau­tern

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum:
02.03.1943

 Todes-/Vermiss­te­nort:
1 km n.o.Stepa­nowka

 Eugen Folz ruht auf der Krieg­sgrä­berstätte in Berlin-Rei.-Froh­nau. Endgra­blage: Block XIV Reihe 10 Grab 12

 Nach­name:
Folz

 Vorname:
Eugen

 Geburts­da­tum:
08.10.1928

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum:
23.01.1945

 Todes-/Vermiss­te­nort:
nicht verzeich­net

 Emile Folz n’est pas réper­to­rié au Volks­bund.

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *