La place des Malgré-Nous dans les programmes d’his­toire

Commentaire (0) Actualité

 

lundi 16 février 2015

Patrick Hetzel a adressé un cour­rier à la Ministre de l’Edu­ca­tion natio­nale afin de l’in­ter­pel­ler à ce sujet.

« Madame la Ministre, permet­tez-moi d’at­ti­rer votre atten­tion sur la place faite à l’his­toire de l’Al­sace-Moselle dans les manuels scolaires en parti­cu­lier sur la connais­sance de la vie des « malgré-nous ». En effet, le passé de ces deux terri­toires, qui ont subi l’an­nexion et l’oc­cu­pa­tion alle­mande entre 1939 et 1945, ne figurent que très peu dans les programmes scolaires. Ce manque histo­rique et éduca­tif fait que nos jeunes géné­ra­tions ne connaî­tront jamais les condi­tions parti­cu­lières de trai­te­ment des popu­la­tions de ces régions. Nos compa­triotes ont dû subir les dépla­ce­ments, les poli­tiques de germa­ni­sa­tion et de nazi­fi­ca­tion, les expul­sions, les dépor­ta­tions, l’en­rô­le­ment de force dans l’ar­mée alle­man­de… La popu­la­tion d’Al­sace-Moselle a rejeté dans sa grande majo­rité la présence alle­mande. Des mouve­ments de résis­tance se sont déve­lop­pés comme ailleurs sur le terri­toire français. Ces aspects méri­te­raient d’être inté­grés et illus­trés dans nos programmes scolaires. Si tous les jeunes scolaires apprennent l’his­toire de la guerre d’Al­gé­rie, il n’en est pas de même avec l’his­toire d’Al­sace-Moselle. Des asso­cia­tions d’an­ciens combat­tants ont déposé à plusieurs reprises une motion qui, à ce jour, a été accueillie favo­ra­ble­ment par le minis­tère de la Défense puis le minis­tère de l’Edu­ca­tion Natio­nale. L’ac­cord du Conseil Supé­rieur des programmes (CSP) est néces­saire. Lors d’une réponse à une ques­tion écrite d’un parle­men­taire (QE n° 54041), vous avez rappelé que le thème « Bilan et mémoires de la Seconde Guerre mondiale » inscrit au programme de la classe termi­nale des séries géné­rales des lycées permet ainsi une lecture histo­rique des diffé­rentes mémoires nées, en France, de cette période, en inté­grant les déve­lop­pe­ments d’une histo­rio­gra­phie plus soucieuse aujourd’­hui qu’hier de se pencher sur ce que l’on a pu appe­ler les « oubliés de l’his­toire ». Toute­fois, après vous indiquez que, suivant la Charte des programmes rendue publique par le CSP, « les programmes fixent une norme natio­nale, défi­nissent de façon synthé­tique un projet d’en­sei­gne­ment et, n’ayant pas à entrer dans le détail de la mise en œuvre, laissent ouvert un champ pour des docu­ments plus spécia­li­sés, desti­nés à aider les ensei­gnants dans l’exer­cice quoti­dien de leur profes­sion ».

Je voudrais savoir quelles mesures vous comp­tez prendre afin que les « oubliés de l’his­toire », dont font partie les « malgré-nous », puissent être inclus dans les prochains programmes scolaires. »

Source : http://www.patrick-hetzel.fr/actua­lites/educa­tion-forma­tion-culture/la-place-des-malgre-nous-dans-les-programmes-d-histoire.html

248 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *