Les camps améri­cains de prison­niers alle­mands pour Malgré-Nous évadés

Commentaire (1) Les incorporés de force

 
PAR JOSEPH TRITZ

Aucune étude complète n’a jamais été faite sur l’in­croyable histoire de ces Malgré-Nous, évadés de l’ar­mée alle­mande, bravant tous les risques pour se cacher, parfois pendant presque un an, prés de chez eux, parfois à l’insu de leur famille et qui, à l’au­tomne 1944,ont été trai­tés en soldats enne­mis par les Améri­cains qui les ont emme­nés en capti­vité, dans des camps de prison­niers, où ils sont placés sous les ordres et sous la garde d’of­fi­ciers et de sous-offi­ciers alle­mands de souche. Il a fallu du temps pour que les auto­ri­tés françaises de l’époque réagissent !

0 Partages

One Response to Les camps améri­cains de prison­niers alle­mands pour Malgré-Nous évadés

  1. Pierre MERCKY dit :

    S’imagine-t-on être dans la situation de l’incorporé malgré-lui, déserteur d’une armée honnie, qui se retrouve non seulement prisonnier d’une armée alliée, mais de plus, sous les ordres de gardes-chiourmes issus de l’armée nazie qui probablement, veulent faire payer cher à ces prisonniers alsaciens leur désertion des rangs allemands ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *