L’in­cor­po­ra­tion des « malgré-nous », une cica­trice qui reste vive

Commentaire (0) Revue de presse

 

L’in­cor­po­ra­tion de force dans l’ar­mée nazie de quelque 130.000 Alsa­ciens et Mosel­lans, de 1942 à 1945, a consti­tué pour toute une géné­ra­tion de « malgré-nous » un trau­ma­tisme dont les traces se font encore sentir dans les régions concer­nées.

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *