Quatre incor­po­rés de force à Ouis­tre­ham

Commentaire (0) Revue de presse

 

Maurice Stotz, Daniel Fischer, René Gall et Armand Klein ont été offi­ciel­le­ment invi­tés à parti­ci­per aux céré­mo­nies du 70e anni­ver­saire du Débarque­ment.

C’est la première fois que des incor­po­rés de force parti­cipent aux céré­mo­nies commé­mo­ra­tives du D-Day. Il y a dix ans, le secré­taire d’Etat aux Anciens Combat­tants avait en effet refusé leur présence. Ces quatre Alsa­ciens sont arri­vés à Ouis­tre­ham peu avant midi et doivent, dans moins de deux heures, assis­ter à cette céré­mo­nie inter­na­tio­nale, point d’orgue de ces festi­vi­tés, sur la plage Sword, en présence de 7000 personnes dont près d’un millier de vété­rans et de 20 chefs d’Etat et de gouver­ne­ment.

Les quatre Alsa­ciens se sont rendus hier au cime­tière alle­mand de La Cambe (Manche) où reposent 21145 soldats. Le groupe s’est recueilli sur la pierre tombale de Emile Oster en présence de son fils, Walter Oster, et a chanté La Marseillaise. Moment parti­cu­liè­re­ment émou­vant pour M. Oster qui n’a su que très tardi­ve­ment où repo­sait son père, incor­poré de force et tué le 28 juin 1944. « J’au­rais tant voulu que ma mère soit présente et sache que papa était enterré ici! »

C’est grâce aux histo­riens Nico­las Mengus, Claude Hérold, et à la Snifam (soli­da­rité Norman­die pour les incor­po­rés de force Alsace Moselle) que Walter Oster a pu retrou­ver la trace de son père.

Cette délé­ga­tion d’in­cor­po­rés de force est entou­rée de repré­sen­tants de l’Adeif (asso­cia­tion des déser­teurs, évadés et incor­po­rés de force) du Bas-Rhin, de l’Op­nam (orphe­lins de père malgrè-nous d’Al­sace-Moselle), de l’Ae­ria (asso­cia­tion pour des études sur la résis­tance inté­rieure des Alsa­ciens) et de la Snifam.

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *