« Que s’est-il passé au camp de Tambov ? »

Commentaire (0) Revue de presse

 

Alphonse Troest­ler, délé­guée de la Mémoire Régio­nale, dresse pour nous un bilan de l’ex­po­si­tion « Que s’est-il passé au camp de Tambov ? », qui a été présen­tée au Mémo­rial d’Al­sace-Moselle de Schir­meck, et nous expose son deve­nir.

Pouvez-vous reve­nir sur la genèse de l’ex­po­si­tion « Que s’est-il passé au camp de Tambov ? » qui a été présen­tée au Mémo­rial de l’Al­sace-Moselle de Schir­meck jusqu’au 30 décembre dernier ?

Cette expo­si­tion s’est inscrite, fort logique­ment, dans le cadre de la poli­tique volon­ta­riste menée par les trois grandes collec­ti­vi­tés alsa­ciennes, la Région et les deux Dépar­te­ments, dans le domaine de la Mémoire et dont le pilier prin­ci­pal est consti­tué par le Mémo­rial de l’Al­sace-Moselle à Schir­meck. Mais elle a égale­ment permis de présen­ter, à un large public, une synthèse très complète de nos connais­sances sur le camp de Tambov, le tout enri­chi de nombreux éléments nouveaux extraits, en parti­cu­lier, des archives de l’Oblast (région) de Tambov et concer­nant le camp 188 de Rada ainsi que l’hô­pi­tal de Kirsa­nov, soit plus de 4 000 pages de docu­ments qui ont pu être numé­ri­sés, en octobre 2007, à l’ini­tia­tive du Président Philippe Richert, par le Conseil Géné­ral du Bas-Rhin, puis traduits par le dépar­te­ment d’Etudes slaves de l’Uni­ver­sité de Stras­bourg.

Cette expo­si­tion excep­tion­nelle a mani­fes­te­ment eu un impact très posi­tif sur la fréquen­ta­tion du Mémo­rial. Quel bilan, même partiel, peut-on déjà tirer de cette mani­fes­ta­tion ?

Le bilan de l’ex­po­si­tion, tant du point de vue de sa fréquen­ta­tion, que de celui de sa contri­bu­tion à la connais­sance de ce drame terrible que fut la capti­vité des Alsa­ciens et des Mosel­lans dans les camps sovié­tiques et du regard nouveau que nous pouvons désor­mais lui porter, est incon­tes­ta­ble­ment posi­tif. L’ac­cès à cette expo­si­tion ayant été libre, il n’est pas possible de comp­ta­bi­li­ser, de manière précise, le nombre total de ses visi­teurs. Mais ce qui est sûr, c’est que la fréquen­ta­tion du Mémo­rial lui-même, pendant cette expo­si­tion, a connu une augmen­ta­tion signi­fi­ca­tive, de plus de 4 %, de ses visi­teurs sur l’en­semble de la période par rapport à l’an­née précé­dente et même …de 64 % pour le seul mois qui a suivi l’ou­ver­ture !

Que vont deve­nir les éléments de cette expo­si­tion, qu’il s’agisse des diffé­rents panneaux ou des recons­ti­tu­tions qui lui ont servi de décor ?

Un certain nombre d’élé­ments de cette expo­si­tion, des panneaux et même des recons­ti­tu­tions, vont inté­grer et donc enri­chir, dès ce mois de janvier 2012, le parcours perma­nent présenté au sein du Mémo­rial, sans oublier la recons­ti­tu­tion des deux silhouettes de baraques du camp de Tambov, présen­tées à l’ex­té­rieur, en contre­bas du Mémo­rial, qui vont rester en place. Les autres éléments vont servir de base à l’ex­po­si­tion itiné­rante qui devrait être présen­tée dans d’autres lieux en Alsace et en Moselle. Par ailleurs, une version allé­gée de cette expo­si­tion, sans les recons­ti­tu­tions, mais tout aussi complète dans ses infor­ma­tions, va être mise à la dispo­si­tion des établis­se­ments scolaires, collèges et lycées alsa­ciens, et va même être présen­tée, au mois de mai prochain, au Luxem­bourg.

Propos recueillis par Nico­las Mengus

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *