TRABAND Robert

Commentaire (0) Liste des avis de recherche

 

TRABAND_Robert_portrait.jpg Incor­poré de force dans la Wehr­macht le 9 novembre 1944, mon père TRABAND Robert, François, Théo­dore, né le 15 décembre 1911 à Morsch­willer-le-Bas (Bas-Rhin), a été déclaré offi­ciel­le­ment décédé le 8 mars 1945 à KOLBERG durant la terrible bataille oppo­sant les Alle­mands aux Polo­nais et aux Sovié­tiques du 4 mars au 18 mars 1945 pour la prise de la ville trans­for­mée en forte­resse mili­taire par les Alle­mands.

La dernière adresse de mon père était : Flie­ger TRABAND Robert Flie­ge­rhorst­kom­man­dan­tur A( 0 ) 3/III – KOLBERG Flie­ge­rhorst­kom­pa­nie.

M. STEINMETZ Joseph, rédac­teur comme mon père à la Mairie de Hague­nau avant leur incor­po­ra­tion de force, a déclaré l’avoir vu pour la dernière fois au soir du 8 mars 1945 alors qu’il était en posi­tion dans une tran­chée au cime­tière de la Körli­ners­trasse à Kolberg et ne l’avoir plus jamais revu.

TRABAND_Robert_-_deposition_Steinmetz.jpg

Etant à la recherche de la sépul­ture de mon père, j’ai­me­rais savoir s’il y a des tombes de mili­taires alle­mands dans le secteur et s’il existe une liste des Malgré-Nous alsa­ciens qui y sont enter­rés.

La Confé­rence de Pots­dam a donné la ville à la Pologne. Située en Pomé­ra­nie Occi­den­tale sur la côte de la Mer Baltique à l’em­bou­chure de la Parseta, son nom polo­nais est KOLOBRZEG.

Le BAVCC n’est pas très riche. il y a simple­ment un bulle­tin de recherche avec un tampon cour­rier arri­vée daté du 2 septembre 1945 préci­sant son grade : Flie­ger – son unité: Flg. Ersatz Bataillon VII à Drai­sheim et sa dernière adresse mili­taire: Flie­ge­horst­kom­man­dan­tur A ( 0 ) 3/III Flie­ge­rhorst­kom­pa­gnie Kolberg.

La seule infor­ma­tion nouvelle figure dans un ques­tion­naire à l’in­ti­tulé du Minis­tère de la Popu­la­tion Secré­ta­riat Géné­ral des Prison­niers, Dépor­tés, Réfu­giés Direc­tion Dépar­te­men­tale du Bas-Rhin daté du 2 juillet 1946 où il est écrit:

« Un autre rapa­rié l’a vu dans un camp de prison­niers en passant à Sosno­witz (Sosno­wiec) en Haute-Silé­sie près de Craco­vie (Pologne) » mais un cour­rier du 28 juillet 1947 émanant de la mairie de cette ville indique qu’il n’a pu établir le lieu de séjour de mon père tout en préci­sant qu’en 1945 se trou­vait à SOSNOWIEC un camp de rapa­triables étran­gers malades, mais que mon père ne figu­rait pas dans la liste.

« Robert TRABAND, né le 15 décembre 1911 à Morsch­willer (Bas-Rhin) et père de trois enfants en bas âge, n’a été incor­poré de force que tardi­ve­ment le 9 novembre 1944, pour ne plus reve­nir.

Il est parti pour le front de l’Est et s’est retrouvé sur la côte de la Mer Baltique à Kolberg en Pomé­ra­nie occi­den­tale affecté à la Luft­waffe dans une « Flie­ge­rhorst­kom­pa­nie« .

Du 4 mars au 18 mars 1945, la ville, trans­for­mée en forte­resse mili­taire par les Alle­mands, a été le lieu d’une terrible bataille oppo­sant la Wehr­macht aux armées russes et polo­naises qui l’en­cer­clèrent progres­si­ve­ment. C’est là que mon père a été offi­ciel­le­ment porté disparu le 8 mars 1945.

Merci d’avance pour tout rensei­gne­ment.

Georges Traband

 Cour­riel : georges.traband@o­range.fr

Robert_Traband_armee_fr.jpgTraband_Robert_ADEIF.jpg

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *