Un anni­ver­saire d’im­por­tance pour les Malgré-Nous d’Al­sace-Moselle

Commentaire (0) Actualité

 

Il y a 70 ans, les Gaulei­ter Wagner et Bürckel instau­raient le service mili­taire obli­ga­toire pour les Français d’Al­sace et de Moselle annexés illé­ga­le­ment au IIIe Reich natio­nal-socia­liste. Leur prétexte : faire parti­ci­per ces « Alle­mands » à la « victoire finale » afin qu’ils en profitent de plein droit. D’abord réti­cent, Adolf Hitler fini par céder et à accep­ter l’in­cor­po­ra­tion de ces Beute­deutsche (« Alle­mands prise de guerre »). Cette déci­sion va amener la mobi­li­sa­tion d’en­vi­ron 130.000 Alsa­ciens-Mosel­lans dans les rangs de la Wehr­macht et des Waffen-SS. Envi­ron 40.000 d’entre eux ne revien­dront pas, lais­sant, pour les plus âgés d’entre eux, des veuves et des orphe­lins livrés à eux-mêmes.

Du Mont Natio­nal d’Ober­nai…

Ce sont les victimes de ce crime de guerre – les Malgré-Nous et les Malgré-Elles, les tués et les dispa­rus, les veuves et les orphe­lins – qui seront hono­rés le 25 août prochain au Mont Natio­nal à Ober­nai. La céré­mo­nie débu­tera à 10h (un accueil des parti­ci­pants est prévu dès 8h30 au parking des Remparts à Ober­nai). Elle sera suivie d’un verre de l’ami­tié à la mairie d’Ober­nai, puis, pour les personnes inscrites, à un déjeu­ner pris en commun au Centre du Bischen­berg, à Bischoff­sheim. A partir de 19h, le Mémo­rial d’Al­sace-Moselle de Schir­meck invite les Malgré-Nous et les familles à une veillée de mémoire, « Une lumière pour mon grand-père », accom­pa­gnée de la diffu­sion du film « Vermisst, portés dispa­rus » et de la visite en nocturne du Mémo­rial jusqu’à 22h.

… au bocage normand

Cette année de commé­mo­ra­tion est égale­ment celle de la nais­sance, en juillet dernier, d’une asso­cia­tion appe­lée « Soli­da­rité Normande aux Incor­po­rés de Force d’Al­sace-Moselle » (SNIFAM) dont la mission est notam­ment de défendre la mémoire de l’in­cor­po­ra­tion des compa­triotes Alsa­ciens et Mosel­lans dans les armées nazies et les compor­te­ments patrio­tiques de Français de Norman­die qui aidèrent coura­geu­se­ment les Malgré-Nous dans leurs déser­tions, ainsi que de vivi­fier la mémoire de ces faits qui consti­tuent un patri­moine patrio­tique consti­tué d’un huma­nisme qui a prévalu dès son origine.

Pour toute infor­ma­tion : Jean Bézard, secré­taire de la SNIFAM, 6 boule­vard Mari­time, 14750 Saint-Aubin-sur-Mer. Cour­riel : aubertn@­wa­na­doo.fr

Nico­las Mengus

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *