WOHLGEMUTH Guillaume, WOLFF Albert, WOLFF Eugène, ZIPF Charles

Commentaire (0) Liste des avis de recherche

 

Nous recher­chons des infor­ma­tions complé­men­taires sur le parcours

 de Guillaume Wohl­ge­muth (* Balbronn, Bas-Rhin, 7.7.1926).

D’après Paul Hack­barth, de Seelz/Hanno­ver, il se trou­vait avec lui au camp de prison­niers de guerre de Bara­no­wit­schi en juillet 1947.

 de Albert Wolff (* Wind­stein, Bas-Rhin, 23.12.1922).

FPN 34036

Johann Rabitsch, de Homberg Kr. Moers, l’a reconnu sur une photo comme appar­te­nant à son unité et dit l’avoir vu pour la dernière fois dans la nuit de 26 au 27 août 1944 dans le secteur de Hussy (Rouma­nie).

 d’Eugène Wolff (* Still, Bas-Rhin, 2.5.1915). Il rési­dait à Bourg-Bruche au moment de son enrô­le­ment.

FPN 59159.

Fritz Meier, de Welsede über Rinteln K. Schaum­burg, l’a reconnu sur une photo comme appar­te­nant à son unité et dit l’avoir vu pour la dernière fois à l’unité en février 1945 à Jordansmühl, au Sud de Bres­lau (Silé­sie). Le témoin est parti en permis­sion le 28.2.1945. Lorsqu’il a rejoint sa compa­gnie le 1.4.1945, il a appris que E. Wolff avait été blessé et qu’il avait perdu un bras.

Fritz Riecken­brock, de Lendring­sen Kr. Iser­lohn, l’a reconnu sur une photo comme appar­te­nant à son unité et dit qu’il était avec lui pendant une demi-année en cuisine. Le 10.5.45, ils sont tous les deux été fait prison­niers à Grodien (Tché­co­slo­vaquie) et ont été sépa­rés dès le début de leur capti­vité.

Ludwig Hulster, de Lenne/Sauer­land, Werner Röther, de Werdohl/Klein­ham­mer et Gustav Hilde­brandt, de Kammer­bach, témoignent qu’E. Wolff a été griè­ve­ment blessé en Silé­sie ou qu’il a été fait prison­nier à Grodien. Il est possible qu’il y ait confu­sion entre deux Wolff présents dans l’unité corres­pon­dant à la FPN 59159 : Eugène Wolff, griè­ve­ment blessé dans le secteur d’Ober­glo­gau, et Leo Wolff, d’Aa­chen, capturé par les Russes. Il est possible que F. Riecken­brock se soit trompé, car W. Röther, dans un cour­rier du 17.11.52, précise qu’E. Wolff a été griè­ve­ment blessé et qu’il est mort lors des combats dans le secteur de Ober­glo­gau.

 de Charles Zipf (* Wasse­lonne, Bas-Rhin, 26.2.1915).

FPN 40060 – Dernière adresse connue : Danzig.

D’après la WASt :

 capo­ral (Gefrei­ter)

 Plaque n° – 2237 – St. Kp. Gr. E. B. 167 –

 Appar­te­nait en novembre 43 à la 5e compa­gnie du Grena­dier-Ersatz-Bataillon 167.

 Griè­ve­ment blessé le 8.11.43 près d’Os­setki (Biélo­rus­sie).

 Porté disparu le 27.11.1944 à Schotz­ha­gen.

D’après la Région Alsace :

Nom ZIPF
Prénom Charles
Date de nais­sance 26 février 1915
Lieu de nais­sance Wasse­lonne (Bas-Rhin) – France
Lieu de rési­dence Wasse­lonne (Bas-Rhin) – France
Incor­poré de force dans la Wehr­macht
Dernière adresse connue SP 40060 Danzig
Date de dispa­ri­tion 27 novembre 1944
Lieu de dispa­ri­tion Schotz­ha­gen Front est
Circons­tances de décès Inconnu
Mention Mort Pour La France Accordé
Sources
ADEIF – Recueil photo des dispa­rus du Bas-Rhin (ADEIF)
CAEN – Fichier des Incor­po­rés De Force (IDF) « Morts Pour La France » (BAVCC-Caen) – version de 2005
CAEN3 – Fichier des Incor­po­rés De Force (IDF) « Morts Pour La France » (BAVCC-Caen) – version de 2007
REP-1946 – Registre des non-rentrés en 1946

Merci pour tout rensei­gne­ment.

Cour­riel : info@­malgre-nous.eu

WOHLGEMUTH_Guillaume.jpgWolff_Albert.jpgWOLFF_Eugene.jpgZIPF_Charles.jpg

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *