Depuis la Norman­die, une recherche de familles de Malgré-Nous

Commentaire (0) Liste des avis de recherche

 

Dans le dépar­te­ment de la Manche, à Gouville-sur-Mer – commune située à 12km de Coutances -, entre le 20 et le 28 juillet 1944 sur le chemin de mon domi­cile, j’ai conversé avec deux soldats. Ils étaient sous l’uni­forme alle­mand. J’avais 9 ans. Voici ce dont je me souviens très approxi­ma­ti­ve­ment.

C’est un des deux soldats qui m’adressa la parole en me disant, dans un français, qui, si je ne m’abuse était sans accent :
– Tu n’es pas à l’école ?
– Non, il n’y a plus d’école depuis le 6 juin, car les Améri­cains sont débarqués.
– Ça, on le sait bien, mais travailles-tu bien en clas­se… ? Et de me poser l’un et l’autre et sans accent, des ques­tions sur ce que j’avais appris.
Ils connais­saient, les mêmes chan­sons que moi, les mêmes contes, les mêmes réci­ta­tions… !

Je ne puis dire combien cette rencontre dura ! Ce dont je me souviens, c’est mon éton­ne­ment et aussi d’avoir couru jusqu’à mon domi­cile en imagi­nant mille choses.
En arri­vant à la maison, remplie de réfu­giés venus du nord de notre dépar­te­ment, je racon­tais à mon père la rencontre que je venais de faire avec ces soldats parlant si bien le français…. ! Et sachant surtout les mêmes choses que moi…. ?!?!
Proba­ble­ment pour être entendu de toutes les personnes présentes dans la pièce commune, mon père éleva la voix et dit : « Ce ne sont pas des Alle­mands, ce sont des Alsa­ciens. Des pauvres gars, ils sont plus français que nous. Ils ont été mis dans les pattes des Boches par Pétain et Laval » !! Il parla aussi des colla­bo­ra­teurs, du marché noir et aussi de diffé­rents faits auxquels je n’en­ten­dais pas grand chose.

Dominé par les effets que les propos de mon père eurent sur moi, je repar­tis chez Jean-Baptiste Ybert, au village du Hame­let, où les deux soldats en limite de sa cour m’avaient parlé.
J’en­trais ; personne de la famille Ybert. C’était, je suppose, l’heure de la traite. Mais dans la pièce, située à droite en entrant, devant l’âtre, assis comme pour se chauf­fer les pieds, était un de ces soldats. Il était en tenue de guerre (comme nous disions). Son fusil était appuyé sur le jambage de la chemi­née. Son casque était pendu à son bras gauche. Je voyais le soldat de dos.
L’été au bord de la mer, nous marchions toujours pieds-nus. Il ne dut pas m’en­tendre, mais moi je l’en­ten­dis fredon­ner une chan­son «  Séré­nade sans espoir » que Rina Ketty avait fait connaître. Cette chan­son, mon frère la chan­tait aussi. Agé de 21 ans, mon frère, le 17 juillet 1944, partit avec cinq compa­gnons, sur une barque de pêche, rejoindre par la mer les Améri­cains. Ils débarquèrent en un lieu, situé au dessus de la ligne de front, dans la presqu’île du Coten­tin.
Je m’ap­pro­chais du soldat. Je vis qu’il avait les yeux inon­dés de larmes alors qu’il fredon­nait toujours.
Me suis-je appro­ché ? Je ne puis me le rappe­ler. Ce dont je me souviens, c’est qu’il me pressa contre lui et aussi que j’avais la main gauche dans son casque. Au fond du casque, était quelque chose de moel­leux, des gants de laine peut-être ?
Combien durèrent ces instants ? Quelques minutes, il me semble ! Un camion s’ar­rêta devant la cour. Le soldat se préci­pita et monta à l’ar­rière.
Le camion allait en direc­tion du front situé depuis plusieurs jours entre Lessay et La Haye-du-Puits, soit à 15 ou 20 km de Gouville-sur-Mer.

Jamais nous ne revîmes les deux soldats. Mon père disait : « Ils ont été chan­gés de secteur, ils parlaient avec les gens ». Leur absence m’af­fec­tait. J’ai toujours pensé qu’ils avaient été tués et aussi que mon père ne voulait pas me voir en peine.
Le soldat qui m’étrei­gnit, était, il me semble, plus jeune que mon frère. Donc, il ne pouvait avoir un fils de mon âge. Quelques années plus tard, et surtout au moment et après le procès de Bordeaux, j’ai pensé et je pense encore que cet incor­poré de force avait un petit frère de mon âge, et qu’il l’avait vu en moi. Alors, si je pense juste, ce petit frère est aussi le mien, c’est donc lui ou sa famille que je recherche.
Nous ne connais­sions ni le prénom, ni le nom, ni l’unité à laquelle appar­te­naient ces soldats, cepen­dant je caresse l’es­poir d’avoir un jour – et ce n’est pas un rêve de gosse – une rencontre avec la ou les familles de ces deux Malgré-Nous et donc de satis­faire un désir vieux de 55 ans : faire la connais­sance de mon « frère Alsa­cien ».

Mon père savait beau­coup sur l’Al­sace, non parce qu’en 1917–1918 il avait été face à des « Français d’Al­sace » disait-il, mais parce que d’une tran­chée à une autre ils parlaient et échan­geaient.

De plus, à Gouville-sur-Mer était un épicier : Monsieur HARTMANN, un Alsa­cien. Il rendit d’im­menses services pendant l’Oc­cu­pa­tion. Ne parlait-il pas le français, l’al­sa­cien et l’al­le­mand? Après la guerre et jusqu’à la fin des années 50, Monsieur HARTMANN était aussi taxi. Il est proba­ble­ment allé termi­ner sa vie en Alsace. Avait-il des enfants ?
En 1945 ou 1946, en été, Madame HARTMANN me demanda d’ame­ner son neveu à la plage. Son neveu avait à peu près mon âge. Il ne parlait pas un mot de français. Ce dont je me souviens c’est qu’il riait faci­le­ment de nos facé­ties. Nous sommes allés plusieurs fois à la plage. Nous y retrou­vions les autres enfants de nos âges et restions de longs moments à jouer.

Et si, ce neveu de Monsieur et Madame HARTMANN lisait ces lignes …… ?!?!

Jean BÉZARD

Cour­riel : aubertn@­wa­na­doo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *