INAUGURATION DE LA PLACE DU DOCTEUR GUILLARD

Commentaire (0) Actualité

 

Saint-Aubin-sur-Mer, le 4 août 2014

Merci à la Muni­ci­pa­lité nouvelle d’Agon-Coutain­ville. Après 70ans et surtout après de nombreuses demandes réité­rées, une Place de la voie­rie d’Agon Coutain­ville, porte enfin le nom de Monsieur le Docteur Henri GUILLARD. A Coutances et cela n’est que justice, une rue porte son nom.

Pour la céré­mo­nie, une bonne centaine de personnes étaient présentes dont une cinquan­taine, membres ou sympa­thi­santes de la S.N.I.F.A.M.

Les person­na­li­tés – outre les 4 anciens de la 2ème DB – étaient Madame la Sous-préfète, Monsieur le Député, Monsieur le Conseiller Géné­ral et tous les Maires du Canton, sauf un qui était excusé.

Nous avons eu l’hon­neur de la présence d’une « Malgré Elle » de Riedi­sheim et d’une fille d’in­cor­poré de force dans la Waffen SS. Elle est l’épouse d’un Maire local. Il y avait égale­ment notre Prési­dente Françoise Closet, fille d’un incor­poré de force, déser­teur.

Après le discours de Monsieur Chris­tian Dutertre, Maire d’Agon-Coutain­ville, Madame la Sous-préfète et Monsieur le Député ont évoqué les horreurs qui fondirent sur la Norman­die.

Au nom de la S.N.I.F.A.M., son secré­taire a raconté comment des Français, incor­po­rés de force dans les armées nazies, et prin­ci­pa­le­ment dans la Waffen SS furent tués en tentant de s’éva­der. Il raconta égale­ment les évasions de Joseph Meyer et d’Ar­mand Durle­wan­ger, et de là, leur parcours de hasard, jusqu’à Agon-Coutain­ville où l’hô­pi­tal de Coutances était replié.
L’ac­cent fut mis sur le courage du Docteur Henri Guillard, et sur celui des personnes reli­gieuses ou non, employées aux services de l’hô­pi­tal. Elles permirent à nos deux évadés de rejoindre l’Ar­mée Française, et de deve­nir – à l’ins­tar des quelques 200 incor­po­rés de force qui s’éva­dèrent en Norman­die –nos libé­ra­teurs.

La Mairie d’Agon-Coutain­ville avait orga­nisé un buffet froid. La Prési­dente de la S.N.I.F.A.M. a filia­le­ment dit le drame de son père. Elle a égale­ment apporté quelques préci­sions sur les condi­tions d’exis­tence en Alsace, sous la botte nazie.

Après cet agréable « repas-rencontre », nous avons été conviés à la projec­tion de trois films, sur la vie à Agon-Coutain­ville pendant l’oc­cu­pa­tion et à la Libé­ra­tion.

Monsieur le Maire d’Agon-Coutain­ville est favo­rable à la tenue en 2015 d’un colloque sur les drames de l’Al­sace-Moselle. Nous pour­rions dispo­ser de la Salle Poly­va­lente. Déci­sion et date à fixer pour octobre 2014. L’or­ga­ni­sa­tion d’un tel événe­ment : parti­ci­pa­tion et nombre des orateurs etc.…ne ressor­tit pas à une asso­cia­tion telle que la nôtre. Maïs nous pouvons aider, accueil, héber­ge­ment chez l’ha­bi­tant.

Bien à vous et fidè­le­ment vôtre.

Jean Bézard, secré­taire de la S.N.I.F.A.M.

Guillard-jpg.png

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *