KELBEL Jean-Pierre

Commentaire (0) Liste des avis de recherche

 

Kelbel_Jean-Pierre.jpg Qui peut nous trans­mettre des rensei­gne­ments complé­men­taires sur le parcours de Jean-Pierre Kelbel ?

 Né à Metze­ral (Haut-Rhin) le 8.7.1926.

 apprenti maçon en 1943 chez son père Louis André Kelbel à Stras­bourg-Neudorf. Il avait égale­ment fréquenté la Rudolf-Schwan­der-Schule à Stras­bourg.

 Dans une lettre du 6.12.1948, la Délé­ga­tion des Anciens Combat­tants et Victimes de Guerre en Hongrie, basée à Buda­pest, deman­dait à la famille des rensei­gne­ments complé­men­taires, ceux en sa posses­sion étant alors insuf­fi­sants pour abou­tir à un résul­tat sérieux.

Dans des docu­ments de la DRK (juillet 1972), on apprend :

 qu’il était Funker dans la SS-Nachrich­ten-Abtei­lung 509.

 qu’il est déclaré disparu depuis février 1945.

 qu’il est proba­ble­ment mort lors des combats de Buda­pest entre le 24.12.1944 et le 15.2.1945.

 qu’il figure dans la Bild­liste de la DRK, Bd. WA, p.120.

 qu’il est égale­ment recher­ché par sa tante, Marga­rethe Weiden­mul­ler (*6.2.1899), de Düssel­dorf.

On conserve deux lettres de lui :

 celle datée du 23.7.1944 indique la FPN 31344 E (il dit avoir appris que Stras­bourg aurait été bombar­dée).

 celle datée du 10.9.1944 indique la FPN 41 696 D.

Le 7.10.1946, l’as­so­cia­tion « Alsace et Lorraine libres », à Londres, informe les parents qu’ils font suivre la demande de recherche auprès de la Mission Mili­taire de Récu­pé­ra­tion à Berlin.

Au 28.4.1947, la WASt ne possé­dait pas de fiche concer­nant Jean-Pierre Kelbel.

Au 20.6.1947, le 5e Bureau confirme que Jean-Pierre Kelbel figure bien au Fichier Natio­nal, mais qu’au­cune infor­ma­tion n’est « suscep­tible d’orien­ter les recherches en un lieu déter­miné ».

Une lettre de Marthe Kelbel, du 15.5.1947, indique notam­ment qu’elle a écrit « direc­te­ment au Maré­chal Stah­lin par l’am­bas­sade qui m’a laissé répondre que mon fils était introu­vable ».

En 1948, le Groupe Français du Conseil de Contrôle recon­naît son impos­si­bi­lité à trou­ver une trace de Jean-Pierre Kelbel.

L’acte de dispa­ri­tion (qui date de 1951) mentionne qu’il a été incor­poré dans l’ar­mée alle­mande le 14.10.1944 et que ses dernières nouvelles remontent au 31.10.1944 et proviennent de Hongrie.

Une lettre de l’ADEIF du Bas-Rhin, datée du 7.11.1953, fait état du témoi­gnage de l’Al­le­mand Konrad Kimmer, de Kosching, Kreis Ingol­stadt/Donau, qui a reconnu Jean-Pierre Kelbel sur une photo comme appar­te­nant à la 3e compa­gnie de SS-Korps Nachrich­ten Abtei­lung 109, FPN 41 696, et qu’il l’a vu pour la dernière fois en janvier 1945 dans le Kessel de Buda­pest.

D’après une demande de juge­ment décla­ra­tif de décès par son frère André (6.2.56), on apprend que :

 il était tech­ni­cien en bâti­ment

 il a été enrôlé de force le 6 juin 1944

 la dernière lettre de Jean-Pierre date du 31.10.1944 et a été envoyée de Hongrie.

Merci pour tout complé­ment qui pourra nous être apporté.

Nico­las Mengus

 info@­malgre-nous.eu

Patrick Kautz­mann

 patrick.kautz­mann@­wa­na­doo.fr

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *