Le groupe de jeunes de Pèle­ri­nage Tambov: un retour plein d’émo­tion

Commentaire (0) Actualité

 

Samedi 20 août, le départ de Stras­bourg du groupe de jeunes de l’as­so­cia­tion « Pèle­ri­nage Tambov » (inté­grant pour la première fois cinq jeunes d’Ora­dour-sur-Glane et de Cieux et Javer­dat, deux communes voisines) avait été stres­sant, avec un problème autour de la navette en auto­car vers l’aé­ro­port de Franc­fort… Réglé peu après, au grand soula­ge­ment de Marlène Dietrich, prési­dente de l’as­so­cia­tion, de Charles Sandrock et d’autres membres du comité, salués par Michèle Seiler, conseillère muni­ci­pale repré­sen­tant le maire Roland Ries qui avait initié le rappro­che­ment avec Oradour dès 1997. Eric Seyfried, respon­sable du groupe des jeunes et actif dans la prépa­ra­tion de cette édition histo­rique, avait confié le rôle de « chef  » à Thomas, 35 ans. Histo­rique par la présence de jeunes Limou­sins, suivant le voeu des Malgré-Nous fonda­teurs de l’as­so­cia­tion en 1995. Un souhait devenu réalité cet été, en partie grâce au nouveau maire d’Ora­dour-sur-Glane, prêt à donner des respon­sa­bi­li­tés aux jeunes. Parmi les élus de sa liste, un jeune ostéo­pathe de 30 ans, Maxime Desvergnes. Autour de ce conseiller muni­ci­pal délé­gué à la vie asso­cia­tive, quatre jeunes, étudiants pour la plupart, ayant répondu à l’in­vi­ta­tion de Pèle­ri­nage Tambov.

Larmes d’émo­tion et diffi­cile sépa­ra­tion

Mardi 23 août, épui­sés à leur retour à 20h à Stras­bourg, après une semaine de travail pour remettre en état le Carré Français de Tambov, ses fosses communes et ses stèles, ils n’avaient guère envie d’être bavards: « On est debout depuis 4h du matin, départ de Tambov puis auto­bus jusqu’à Moscou, avion jusqu’à Franc­fort et auto­bus de nouveau… ». Une fatigue succé­dant à une autre, car sur place, du boulot pour les garçons comme pour les filles, alsa­ciens-mosel­lans comme limou­sins. Huit arbres étaient tombés sur le site, il a fallu les tronçon­ner. Le programme s’est passé comme prévu, pas de pépin, visite de Moscou avec croi­sière sur la rivière Moskova et hôtel au centre de Tambov. Mais les larmes d’émo­tion de Marie et de Sarah, venant d’Ora­dour-sur-Glane, les acco­lades qu’on sentait fortes au moment de la sépa­ra­tion entre jeunes Limou­sins et Alsa­ciens-Mosel­lans prou­vaient qu’il s’était passé quelque chose d’ex­cep­tion­nel pendant ce séjour hors normes. Quel que soit le futur de ce voyage, l’al­chi­mie s’était faite et cela sautait aux yeux… De l’émo­tion à l’état brut, parta­gée par des jeunes ayant pour la plupart des aïeux ayant été incor­po­rés de force avec d’autres jeunes Français portant mémoire d’une autre page doulou­reuse de 39–45. Des contacts inou­bliables pour cette géné­ra­tion alors que « nous avons passé une bonne soirée en compa­gnie des 45 pèle­rins, mais nous n’avons pas eu le temps de discu­ter autant qu’on aurait voulu avec Marlène Dietrich, il faudra qu’on se revoie », espère Maxime. Qui recon­nait qu’il y a eu « plus d’émo­tion que ce qu’on aurait pu croire »… David, de Metz, Stéphane, de Verdun, mais aussi Méla­nie, une Haut-Rhinoise, Caro­line, Vincent, Loïc et d’autres ont tissé des liens d’ami­tié très forts. Pour les détails, les jeunes d’Ora­dour, et c’est normal, veulent donner la primeur à Philippe Lacroix, maire de leur commune grâce à qui ce premier rappro­che­ment dans la forêt de Rada, le plus grand cime­tière d’Al­sa­ciens-Mosel­lans à l’étran­ger, est devenu réalité. En septembre, le bilan sera présenté aux médias locales, jusqu’ici non infor­mées en détail du dépla­ce­ment. En tout cas, ces jeunes ayant donné du temps de vacances à ce saut dans l’in­connu au dessus des préju­gés sont les médaillés de ces Jeux Olym­piques du souve­nir.

MGL

oradour_schirmeck_-_copie.jpgCi-dessus : Dimanche 21 août. Sur la plate­forme du Mémo­rial d’Al­sace-Moselle à Schir­meck, Gérard Michel, président de l’OPMNAM (à droite), a piloté la visite avec des membres de Pèle­ri­nage Tambov pour quatre des cinq jeunes d’Ora­dour sur Glane et de cemmunes voisines, Cieux et Javer­dat : Loïc, Marie, Sarah et Maxime Desvergnes (au centre), élu au conseil muni­ci­pal d’Ora­dour-sur-Glane. (Photo Charles Sandrock)

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *