L’in­dem­ni­sa­tion des Malgré-Nous : toujours en ques­tion

Commentaire (0) Billet d'humeur

 

Bernard Erne­wein, président fonda­teur de l’OPMNAM, nous prie de publier son billet d’hu­meur concer­nant l’in­dem­ni­sa­tion des incor­po­rés de force et de leurs familles.

BREVES – 11 nov. 2011–

POUR en FINIR avec les INTERPRETATIONS MENSONGERES de la RFA et de la FEFA sur ‘’l’INDEMNISATION’’ des INCORPORES de FORCE,
suite aux ACCORDS FRANCO-ALLEMANDS du 31 mars 1981.
Ou comment faire prendre aux victimes de la barba­rie nazie, des vessies pour des lanternes !

Il m’ar­rive encore de lire des articles de presse sur la Fonda­tion entente franco-alle­mande, la Fefa, dans lesquels on mentionne notam­ment l’in­dem­ni­sa­tion des incor­po­rés de force, un bien grand mot.
Parfois les jour­na­listes ou les auto­ri­tés alle­mandes citent la somme allouée à la Fefa, soit 250 millions de DM, envi­ron 120 millions d’€. Les millions évoqués, donnent l’im­pres­sion d’un tas d’or déversé sur ces pôôôvres ‘’Mal­gré-Nous’’, quali­fiés par la Fefa comme le signe d’une grande géné­ro­sité de la part de l’Al­le­magne.’’
En vérité cette somme est infé­rieure à certain Euro­mil­lions, dont un des derniers à hauteur de 162 millions d’€. La grande diffé­rence, c’est que la Fefa a distri­bué ses 120 millions d’€ à 86 500 incor­po­rés de force ou à parta­ger au sein de la famille.

L’ IMPOSTURE,

Mais là où le bas blesse et ce n’est pas manque d’être infor­més par nos soins, c’est que les jour­na­listes, la RFA dont son Bundes­tag, le Bundes­mi­nis­te­rium der Finan­zen, les secré­taires succes­sifs aux anciens combat­tants inter­ve­nant devant l’As­sem­blée natio­nale ou le Sénat, ne citent pratique­ment jamais la somme ridi­cule de 1 387€, oui, mille trois cent quatre-vingt sept €, remis aux deman­deurs ou à parta­ger entre les ayants-cause dont on ne connait toujours pas les vrais motifs de nos deux complices VGE et Helmut SCHMIDT. Est-ce pour le préju­dice moral ? pour les souf­frances endu­rées ? pour les pertes d’ordre écono­mique ? silence radio !!! Avouez que c’est bien mince et pas très cher payé !
Certes, c’était aux incor­po­rés de force, dans les années 80 d’en juger, mais la Fefa a étouffé leurs critiques. Pour preuve de leurs insa­tis­fac­tions et celles de leurs familles, plus du tiers ne se sont pas présen­tés aux guichets.

L’IGNOMINIE,

Mais le pire reste à venir. Ces 1 387€ deviennent en réalité une misé­rable aumône, puisqu’ ils sont aussi desti­nés à éteindre les souf­frances des familles, des veuves, des orphe­lins, même si, hypo­crite, la Chan­cel­le­rie à Berlin nous précise dés 2000:
« Selbs­verständ­lich kann keine Geld­leis­tung das Leid der Opfer auslö­schen oder das gesche­hene Unrecht verges­sen machen’’
➢ « Bien entendu, aucune somme d’argent ne peut effa­cer la douleur des victimes et faire oublier l’injus­tice.’’
Cour­rier au nom de Gerhardt SCHRÖDER du 28 août 2000

Surtout pas celle là ai-je répondu, car elle ne repré­sente en aucun cas un solde de tout compte pour la VVH, la Valeur de la Vie Humaine d’un Alsa­cien –Mosel­lan, moins que le prix d’un bœuf à la foire.

Mais la Chan­cel­le­rie, 18 novembre 2004, après 4 années de silence radio comme au temps de la Propa­ganda Staf­fel, confirmé par le Bundes­tag et son minis­tère des finances en 2007, puis à plusieurs reprises depuis, nous fit savoir, toute honte bue, que la RFA avait débloqué des moyens finan­ciers substan­tiels, « erhe­bli­chen finan­ziel­len Mitteln’’. Quelle IGNOMINIE d’avoir ainsi l’au­dace, non seule­ment d’uti­li­ser une insul­tante obole de 1 387€, y compris pour les préju­dices à la vie de nos pères dont l’af­fec­tion et le soutien nous manquera toute notre vie, mais de plus de la quali­fier de moyens finan­ciers substan­tiels, cher­chant à nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
SVP, à l’ave­nir, que chacun soit plus précis. Merci de votre bonne compré­hen­sion.

L’OPMNAM sur le pont depuis 13 ans, préci­sé­ment depuis 1998, confirme sa volonté d’ob­te­nir répa­ra­tion par les deux Etats cores­pon­sables de notre situa­tion d’Or­phe­lins et condamne l’at­ti­tude de la Fefa qui non seule­ment n’a pas défendu les enfants des 40 000 victimes de la barba­rie nazie, mais nous a causés de grands torts.

Bernard ERNEWEIN, Président fonda­teur de l’OPMNAM

1 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *