Orsch­wihr, ses non-rentrés et les lettres de Malgré-Nous

Commentaire (0) Actualité

 

Le destin brisé de 100.000 jeunes Alsa­ciens

Des témoi­gnages écrits dans vos greniers ?

25 août 1942, c’était il y a 70 ans…

Certains de nos conci­toyens, témoins de l’époque, se souvien­dront de cette date qui aura marqué des milliers de familles alsa­ciennes et qui allait tout chan­ger dans leur vie. Alors que la Région s’ap­prête à commé­mo­rer, notam­ment au Mont Natio­nal près d’Ober­nai, ce 70ème anni­ver­saire, faisons un bref retour sur l’His­toire.

La France entre, en cette année 42, dans la troi­sième année d’oc­cu­pa­tion, l’Al­sace est annexée au III ème Reich alle­mand depuis 1940.
En dépit du Droit Inter­na­tio­nal qui a préservé la natio­na­lité française de nos
conci­toyens, le décret du 25 août 1942 instaure l’obli­ga­tion de service mili­taire dans la Wehr­macht et par voie de consé­quence de rejoindre les champs de bataille sous l’uni­forme de l’oc­cu­pant.

Ultime étape dans le proces­sus de germa­ni­sa­tion et de nazi­fi­ca­tion de notre province, mais aussi moyen effi­cace de renflouer les effec­tifs de l’ar­mée alle­mande qui commence à subir d’im­por­tantes pertes d’hommes.

L’in­cor­po­ra­tion de force concerne 21 classes d’âge, en Alsace : 10% de la popu­la­tion est mobi­li­sée soit 100.000 hommes dont certains n’ont pas vingt ans. Contraints, sous peine de repré­sailles, de quit­ter leurs foyers, ils seront disper­sés sur tous les fronts et plus parti­cu­liè­re­ment à l’Est, l’un des plus meur­triers.

Plus d’un quart d’entre eux seront tués ou portés dispa­rus. Certains revien­dront muti­lés dans leurs chairs, tous auront sacri­fié leurs années de jeunesse tentant d’en­fouir les souf­frances et les priva­tions subies.

A Orsch­wihr, une quaran­taine d’hommes devront partir, quatre ne rentre­ront plus jamais.

Les femmes ne sont pas épar­gnées puisque 10.000 Alsa­ciennes contri­bue­ront, malgré elles, à l’ef­fort de guerre dans le Service du Travail (Reich­sar­beit­dienst) ou comme auxi­liaires de la Wehr­macht.

Cette page de l’His­toire ne peut se résu­mer en quelques lignes ; nous voudrions plutôt évoquer, ici, la mémoire de ces jeunes gens qui, en d’autres temps auraient été paysans, ouvriers, arti­sans ou étudiants et dont le destin sera brisé.

L’his­toire person­nelle de ces hommes nous est aussi parve­nue par la corres­pon­dance soute­nue qu’ils entre­te­naient avec leurs familles.
Les lettres envoyées par les incor­po­rés de force via la « Feld­post » sont nombreuses, elles arrivent même dans les pires moments du front de l’Est et ce jusque vers la fin de l’an­née 1944.

Presque toutes sont écrites en alle­mand, car soumises à la censure, ces lettres main­tiennent le lien vital avec les êtres aimés qu’il a fallu quit­ter bruta­le­ment. Elles expriment, dans une touchante et parfois doulou­reuse simpli­cité, la nostal­gie du Pays (Heim­weh), les petits bonheurs perdus, l’inquié­tude, quant au sort des proches, à l’avan­cée des travaux des champs lais­sés à la charge des femmes et des plus anciens et, surtout, l’es­poir que tout rede­vienne comme avant.

Par delà l’ex­pres­sion du vécu person­nel, on y décèle aussi l’im­por­tance des liens d’en­traide dans la commu­nauté villa­geoise privée de ses forces vives.
De leurs itiné­raires de souf­frances, de brimades et de priva­tions, il n’est guère ques­tion du fait du contrôle exercé par les auto­ri­tés mili­taires, mais aussi dans un souci de ne pas inquié­ter la famille.

Mais, à bien y regar­der, le malaise affleure, le ton se durcit au fil des mois et l’on devine la détresse de ces jeunes gens qui espé­raient retour­ner chez eux très vite et qui se retrouvent plon­gés dans le chaos…

Dans vos greniers sommeillent peut-être des dizaines de lettres envoyées par un père, un oncle ou un grand-père ayant subi l’in­cor­po­ra­tion de force.
Ne les détrui­sez pas, car ces témoi­gnages, quelque­fois impré­cis dans les chiffres et les dates, consti­tuent, en complé­ment de la chro­no­lo­gie histo­rique, une mémoire terri­ble­ment exacte dans le souve­nir des senti­ments et des émotions. Ils permettent parfois à la descen­dance de mieux appré­hen­der des pages de l’his­toire fami­liale et donnent toujours au récit une dimen­sion humaine, univer­selle et intem­po­relle lais­sant entre­voir le courage et la peur, la lâcheté et l’hé­roïsme tapis en chacun d’entre nous.

Odile Krit­ter

Orschwihr_monument.jpg
Ci-dessus : Le monu­ment d’Or­schiwhr porte les noms et prénoms de quatre incor­po­rés de force : Quatre sont tombés sous l’uni­forme alle­mand (incor­po­rés de force) : Diebolt Eugène (mort à Tambov), Hagen­mul­ler Fernand, Fux Lucien et Hug Charles. (Photo O. Krit­ter)

* Fiches du Volks­bund trans­mises par Claude Herold :

 Eugène Diebolt

 Eugen Diebolt wurde noch nicht auf einen vom Volks­bund errich­te­ten Solda­ten­fried­hof überführt.

 Nach den uns vorlie­gen­den Infor­ma­tio­nen befin­det sich sein Grab derzeit noch an folgen­dem Ort: Kirsa­now – Rußland

 Nach­name:
Diebolt

 Vorname:
Eugen

 Dienst­grad:
Gefrei­ter

 Geburts­da­tum:
21.09.1925

 Geburt­sort:
Soultz­matt

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum:
10.09.1945

 Todes-/Vermiss­te­nort:
Kgf. in Kirsa­now

 Ferdi­nand Hagenmül­ler

 Nach den uns vorlie­gen­den Infor­ma­tio­nen ist Ferdi­nand Hagenmül­ler seit 01.10.1944 vermisst.

 In dem Gedenk­buch des Fried­hofes Laurahütte / Siemia­no­wice haben wir den Namen und die persön­li­chen Daten des Oben­ge­nann­ten verzeich­net.

 Nach­name:
Hagenmül­ler

 Vorname:
Ferdi­nand

 Geburts­da­tum:
14.09.1925

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum:
01.10.1944

 Todes-/Vermiss­te­nort:
Krakau / Saybusch

 Lucien Fux

 Nach den uns vorlie­gen­den Infor­ma­tio­nen ist Luzian Fux seit 01.11.1944 vermisst.

 In dem Gedenk­buch des Fried­hofes Solo­gu­bowka haben wir den Namen und die persön­li­chen Daten des Oben­ge­nann­ten verzeich­net.

 Nach­name:
Fux

 Vorname:
Luzian

 Geburts­da­tum:
05.11.1926

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum:
01.11.1944

 Todes-/Vermiss­te­nort:
Russ­land

 Hug Charles n’est pas réper­to­rié au Volks­bund.

 Marcel Simon

 Marzel­lus Simon wurde noch nicht auf einen vom Volks­bund errich­te­ten Solda­ten­fried­hof überführt.

 Nach den uns vorlie­gen­den Infor­ma­tio­nen befin­det sich sein Grab derzeit noch an folgen­dem Ort: Miast­kowo – Polen

 Der Volks­bund ist bemüht, auf der Grund­lage von Krieg­sgrä­be­rab­kom­men die Gräber der deut­schen Solda­ten zu finden und ihnen auf Dauer gesi­cherte Ruhestät­ten zu geben. Wir hoffen, in nicht allzu ferner Zukunft auch das Grab von Marzel­lus Simon zu finden und die Gebeine auf einen Solda­ten­fried­hof überfüh­ren zu können.

 Name und die persön­li­chen Daten des Oben­ge­nann­ten sind auch im Gedenk­buch der Krieg­sgrä­berstätte verzeich­net.

 Nach­name:
Simon

 Vorname:
Marzel­lus

 Geburts­da­tum:
31.03.1918

 Geburt­sort:
Orsch­weier

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum:
10.09.1944

 Todes-/Vermiss­te­nort:
b. Miast­kowo

 Eugène Marcel Zuss­lin

 Eugen Marcel Zuss­lin konnte im Rahmen unse­rer Umbet­tungs­ar­bei­ten nicht gebor­gen werden. Die vorge­se­hene Überfüh­rung zum Sammel­fried­hof in Pulawy war somit leider nicht möglich. Sein Name wird im Gedenk­buch des Fried­hofes verzeich­net..

 Name und die persön­li­chen Daten des Oben­ge­nann­ten sind auch im Gedenk­buch der Krieg­sgrä­berstätte verzeich­net.

 Nach­name:
Zuss­lin

 Vorname:
Eugen Marcel

 Dienst­grad:
Ober­ge­frei­ter

 Geburts­da­tum:
14.01.1915

 Geburt­sort:
Orch­wein

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum:
06.09.1943

 Todes-/Vermiss­te­nort:
14 km südl. Kras­nik

* Fiches complé­men­taires :

 Nom LEHMANN

 Prénom Modeste

 Date de nais­sance 11–11–1911

 Commune de nais­sance Ortcha­weier

 Dépar­te­ment ou pays de nais­sance 68 – HAUT-RHIN

 Unité 305e Régi­ment d’ar­tille­rie

 Mention Mort pour la France

 Date de décès 16–05–1940

 Commune de décès Avesnes

 Dépar­te­ment ou pays de décès 59 – NORD

 Nom NEFF

 Prénom Lucien

 Date de nais­sance 22–08–1913

 Commune de nais­sance Soutz­matt

 Dépar­te­ment ou pays de nais­sance 68 – HAUT-RHIN

 Unité 28e RIF

 Mention Mort pour la France

 Date de décès 21–01–1940

 Commune de décès La Bresse

 Dépar­te­ment ou pays de décès 88 – VOSGES

 Nom ROMINGER

 Prénom Joseph Alexandre

 Date de nais­sance 14–01–1909

 Commune de nais­sance Orseh­wihr

 Dépar­te­ment ou pays de nais­sance 68 – HAUT-RHIN

 Unité 11e Régi­ment étran­ger d’in­fan­te­rie

 Mention Mort pour la France

 Date de décès 28–05–1940

 Commune de décès Rethel

 Dépar­te­ment ou pays de décès 08 – ARDENNES

 Cause du décès tué au combat

 Nom ZIEGLER

 Prénom François Xavier

 Date de nais­sance 19–12–1903

 Commune de nais­sance Ousch­wihr

 Dépar­te­ment ou pays de nais­sance 68 – HAUT-RHIN

 Unité 5e RAD

 Mention Mort pour la France

 Date de décès 05–06–1940

 Commune de décès Marqui­vil­lers

 Dépar­te­ment ou pays de décès 60 – OISE

 Cause du décès des suites de bles­sures

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *