Perdu en forêt pendant 67 ans : l’exemple de l’Al­le­mand August Gromann

Commentaire (0) Actualité

 

La recherche des corps de soldats tombés lors de la Seconde Guerre mondiale se pour­suit afin de, si possible, les iden­ti­fier et leur donner une sépul­ture décente. Il subsiste donc un (petit) espoir pour que des Malgré-Nous toujours portés dispa­rus puissent, un jour, être retrou­vés et inhu­més dans un cime­tière digne de ce nom.

Au début de l’an­née 2011, l’adju­dant-chef Sugg du 53e Régi­ment de Trans­mis­sion de Luné­ville et Gérard Louis, deux passion­nés de la Seconde Guerre mondiale, apprennent par un ancien qu’un soldat alle­mand est mort dans la forêt de Parroy et que son cadavre a été laissé dans un fossé, au moment de la retraite alle­mande.

Ils décident alors d’ins­pec­ter le lieu indiqué en présence des membres de l’ONF. Après une heure de fouilles, le corps est repéré grâce à sa gourde. Ils préviennent alors le service des sépul­tures alle­mandes (Volks­bund Deutsche Krieg­sgrä­berfür­sorge), la commune de Sion­vil­ler et les Anciens Combat­tants de Metz de leur décou­verte.

En mars 2011, le soldat est déterré par le person­nel du cime­tière mili­taire alle­mand de Nieder­bronn-les-Bains. En plus de sa gourde, ils retrouvent sa plaque d’iden­tité coupée en deux, signe que son chef de section a récu­péré l’autre partie pour indiquer sa mort.

Le corps est ensuite entre­posé à Nieder­bronn-les-Bains pendant que des recherches sur son iden­tité et sur sa famille sont entre­prises.

Après 15 jours, la WASt de Berlin répond au cour­rier de Mr Louis : l’in­connu de la forêt s’ap­pelle August Gromann et il est né le 15 juin 1902 dans la région de Mann­heim. Cepen­dant, pour elle, le soldat Gromann a été tué le 14 septembre 1944 du côté d’Ha­rau­court alors que son corps a été retrouvé sur le terri­toire de Sion­vil­ler. En réalité, il est très probable qu’il soit mort entre le 1er et le 3 octobre 1944 durant les combats dans la forêt de Parroy.

Le mardi 17 avril 2012, le soldat August Gromann est inhumé dans le cime­tière mili­taire de Nieder­bronn-les-Bains en présence de réser­vistes alle­mands, de l’au­mô­nier mili­taire de Bitche, ainsi que de l’in­ten­dant du cime­tière. Des élèves d’un lycée alle­mand sont aussi présents avec la télé­vi­sion alsa­cienne.

Après 67 ans passé dans l’ombre de la forêt de Parroy, c’est une véri­table satis­fac­tion pour l’ADC Sugg et Mr Louis, de pouvoir donner une sépul­ture descente à cet ancien combat­tant de l’ar­mée alle­mande. C’est aussi un espoir pour tous les soldats dispa­rus de trou­ver enfin une place auprès de leurs cama­rades tombés, eux aussi, au combat.

* Voir aussi l’ar­ticle paru dans les Dernières Nouvelles d’Al­sace – Edition Hague­nau du 26.4.2012.

* Fiche du Volks­bund :

 August Gromann ruht auf der Krieg­sgrä­berstätte in Nieder­bronn-les-Bains.
Endgra­blage: Block 18 Reihe 10 Grab 220

 Name und die persön­li­chen Daten des Oben­ge­nann­ten sind auch im Gedenk­buch der Krieg­sgrä­berstätte verzeich­net

 Nach­name:
Gromann

 Vorname:
August

 Dienst­grad:
Feld­we­bel

 Geburts­da­tum:
15.06.1902

 Geburt­sort:
Riedern am Wald/Baden

 Todes-/Vermiss­ten­da­tum:
14.09.1944

 Todes-/Vermiss­te­nort:
bei Harau­court

D_SC02980.jpgD_SC02968.jpg

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *