Un geste ignoble et lamen­table

Commentaire (0) Actualité

 

Un geste de provo­ca­tion a été perpé­tré dans l’église d’Ora­dour-sur-Glane au mépris de la mort atroce qu’y ont connu des femmes et des enfants lors du massacre du 10 juin 1944. Force est de consta­ter que les lieux de Mémoire, invi­tant au respect et à la médi­ta­tion, sont souvent la cible d’actes de vanda­lisme ou de provo­ca­tions issus tout autant de la méchan­ceté que de la bêtise de l’Homme. Triste et lamen­table.

Deux hommes ont réalisé le geste popu­la­risé par le polé­miste Dieu­donné en plein cœur du village martyr. Un cliché volon­tai­re­ment choquant qui a déclen­ché une enquête de gendar­me­rie.

Sur la photo, deux hommes d’une tren­taine d’an­nées se tiennent debout au milieu de l’église d’Ora­dour-sur-Glane (Haute-Vienne). L’un d’eux semble sourire et effec­tue, avec son compa­gnon, une quenelle.

Ce geste popu­la­risé par Dieu­donné consis­tant à tendre un bras vers le sol et replier l’autre, main sur l’épaule, a été publié sur son site, au milieu de centaines d’autres photos.

C’est un habi­tant du nord de la France, combat­tant infa­ti­gable du révi­sion­nisme qui a alerté les gendarmes.

« La démarche est choquante »

Une enquête a été ouverte par la justice limou­geaude et confiée à la brigade de recherches de Saint-Junien pour iden­ti­fier les deux personnes présentes sur la photo ainsi que l’au­teur du cliché. Ils pour­raient être pour­sui­vis, ce geste que certains quali­fient “d’an­ti­sys­tème” étant effec­tué dans un lieu haute­ment symbo­lique et prenant alors une toute autre signi­fi­ca­tion.

C’est dans cette église que le président Hollande et son homo­logue alle­mand ont commé­moré le massacre en septembre dernier et célé­bré l’ami­tié franco-alle­mande, tenant chacun par la main le rescapé du massacre Robert Hébras. Dans cette église, surtout qu’ont été brûlés vifs femmes et enfants le 10 juin 1944.

« Je n’ai pas vu cette photo, j’ai simple­ment été alerté par la gendar­me­rie. La démarche est évidem­ment choquante », recon­naît Raymond Frugier, le maire d’Ora­dour « mais nous ne savons pas encore si nous portons plainte. Compre­nez-moi. Cela revien­drait à faire de la publi­cité à des gens qui ne le méritent pas. Ils ne cherchent que ça. Moins on en parle, mieux ça vaudra ».

SOS racisme et Licra pour­rait pour­suivre

Si pour l’heure, aucune plainte n’a été dépo­sée, la Licra et SOS racisme ne devraient pas tarder à faire connaître leurs inten­tions de pour­suivre.

Début janvier, les deux asso­cia­tions anti­ra­cistes avaient annoncé par l’in­ter­mé­diaire de leur avocat que les quenelles effec­tuées dans des lieux où elles « ne laissent pas de doute » sur leur carac­tère anti­sé­mite, seraient pour­sui­vies.

« Nous pour­sui­vrons la diffu­sion des images de quenelle et leurs auteurs dès lors que le contexte ne laisse pas de doute sur le message et l’injure à l’en­contre de la commu­nauté juive », avait assuré l’un des avocats, Me Patrick Klug­man.

Certains voient en ce signe un salut nazi inversé, ce que réfute Dieu­donné. Diffi­cile pour­tant, de croire qu’il s’agit de gestes seule­ment « anti­sys­tème » quand ils sont réali­sés dans des lieux au lourd passé histo­rique, comme ce fut le cas récem­ment devant le mémo­rial de la Shoah ou encore devant un wagon ayant servi au trans­port de Juifs dans les camps nazis.

Diffi­cile de croire à un geste simple­ment anti­sys­tème aussi, quand on sait que l’un des soutiens de Dieu­donné n’est autre que Vincent Reynouard, cet ancien prof révoqué de l’édu­ca­tion natio­nale qui passe son temps à remettre en cause la tragé­die d’Ora­dour-sur-Glane.

Un néga­tion­niste déjà condamné péna­le­ment qui, lui aussi s’est fait photo­gra­phier devant le palais de justice de Paris en réali­sant… une quenelle.

Franck Lagier

Source : http://www.lepo­pu­laire.fr/limou­sin/actua­lite/2014/02/06/des-quenelles-dans-leglise-du-village-martyr-dora­dour-la-gendar­me­rie-ouvre-une-enquete_1863554.html

0 Partages

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *