Un incor­poré de force stras­bour­geois à iden­ti­fier

Commentaire (0) Liste des avis de recherche

 

En 1979, j’ai effec­tué un voyage en URSS avec les chemi­nots picards et j’ai rencon­tré un homme qui avait été incor­poré de force dans l’ar­mée alle­mande, sans doute décédé aujourd’­hui.

Il était Panzer­gre­na­dier. Pendant une attaque sur le front de l’est, il a sauté dans une tran­chée sovié­tique et n’a eu la vie sauve que parce qu’il parlait français. Ces soldats étaient des Tatares. Pendant la durée de la guerre, il s’est occupe de leurs chevaux. Bien sûr, coté alle­mand, il était porté disparu. En 1945, il a débarqué en uniforme russe à la gare de Stras­bourg et, bien sûr, aussi­tôt arrêté. Quand sa femme l’a revu, elle est devenu folle.

Je ne me souviens pas de son nom, mais en 1979, j’étais jeune et son histoire m’avait fasciné. Je précise que, lors de notre voyage, je suis allé avec lui au cime­tière pour voir la tombe de Krou­chev. Nous sommes rentrés et aussi­tôt inter­pel­lés par un gardien. Il a dialo­gué en russe et raconté son histoire, mais l’autre n’a rien voulu savoir. Il nous a presque jeté dehors.

Voila, je crois qu’il était chemi­not. J’ai beau­coup appré­cié cet homme. Si quelqu’un le recon­nait, lui serai très recon­nais­sant de m’en donner l’iden­tité.

Olivier Brou­tet

 fambrou­tet@­free.fr

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *