« Verluere Joëren »

Commentaire (0) Compte-rendus

 

trossen.jpg
C’est une somme que nous offre ici Marc Tros­sen. Une somme d’in­for­ma­tions sur les enrô­lés de force luxem­bour­geois. Le lecteur alsa­cien ou mosel­lan, plongé dans cet ouvrage, ne sera certes pas dépaysé tant les points communs avec les dépor­tés mili­taires français sont nombreux, mais pour­tant… Sur 1240 pages, l’au­teur aborde de nombreuses théma­tiques, sur la base de témoi­gnages et de plus de 750 illus­tra­tions, pour faire le point sur ce que fut réel­le­ment ce crime de guerre au Luxem­bourg. Parmi les ques­tions évoquées, citons celle la présence de déser­teurs au sein de la Résis­tance française, dans l’Ar­mée Rouge, celle de Patton, la Royal Air Force, les Forces Françaises Libres ou la Légion Etran­gère. Autre ques­tion abor­dée : pour quelle raison n’y a-t-il eu aucun Luxem­bour­geois libé­rés au moment de la libé­ra­tion des « 1500 » du camp de Tambov-Rada ?

L’ou­vrage s’in­té­resse aussi aux enga­gés volon­taires et aux colla­bo­ra­teurs, sujets déli­cats et à polé­mique. Certains histo­riens avancent, par exemple, le total de 2000 volon­taires luxem­bour­geois en se fondant sur les chiffres offi­ciels nazis. Mais qu’en est-il en vérité ? Et peut-on vrai­ment affir­mer que tous les Luxem­bour­geois enrô­lés dans la SS étaient des volon­taires ?

Marc Tros­sen brosse un tableau nuancé de l’in­cor­po­ra­tion forcée et de l’en­ga­ge­ment volon­taire, mettant à mal plusieurs clichés bien ancrés dans certains esprits. Il montre aussi que l’in­cor­po­ra­tion de force est un crime de guerre à l’échelle euro­péenne. Pour termi­ner, il convient de souli­gner la richesse de l’ico­no­gra­phie et la présence, ô combien précieuse, d’in­dex (noms de lieux, de personnes et théma­tique).

Nico­las Mengus

Marc Tros­sen, « Verluere Joëren ». Zwang­sre­kru­tierte, Refraktäre, Deser­teure, Resis­tenz­ler, aber auch Kolla­bo­ra­teure, Krieg­sfrei­willi­ge… 85 Luxem­bur­ger Zeit­zeu­gen des Zwei­ten Welt­kriegs berich­ten, 2 volumes, 592 et 656 pages, Luxem­bourg, 2015, 98€. Pour contac­ter l’édi­teur Jean-Claude Muller : j-c.muller@ial.be ou par fax (00352)23 62 05 47.

Partages 0

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *